La vie en Espagne, c’est comment?

Lorsque l’épidémie de Covid-19 a commencé à prendre de l’ampleur et que nous avons dû, après trois mois de confinement en Malaisie, nous résoudre à rentrer en Suisse, nous nous sommes assez vite rendus compte qu’il fallait trouver assez vite un nouveau projet de vie car le retour à « la vie normale » était inenvisageable pour nous, surtout après toute l’énergie que nous avons investi dans notre nouvelle vie de nomades digitaux.

La solution de l’Espagne fut assez vite trouvée car c’est le pays d’origine de Fabien et que sa famille y possède un appartement, à Puerto de Sagunto, tout proche de la ville de Valence . Encore un GRAND MERCI à elle de nous laisser y jouer les squatteurs de temps en temps!

Plage de Puerto de Sagunto où nous résidons

Evidemment, vivre dans un pays étranger même s’il nous est connu n’est pas toujours de tout repos, surtout quand il faut se heurter à l’administration locale mais nous avons rapidement commencé à prendre nos marques. Après plus d’une année de vie dans ce pays, nous commençons à comprendre un petit peu les codes et sommes en mesures de vous livrer un petit topo sur comment se passe la vie dans ce magnifique pays.

Bien sûr, l’Espagne n’est pas un pays parfait mais ça tombe bien, nous sommes loin d’être parfaits également. C’est juste un pays qui nous paraît idéal pour avoir notre point de chute entre deux grands voyages et nous avons appris à vivre avec ses points négatifs, ses points positifs, ses paradoxes et sa douceur de vivre. Pour preuve, nous n’avons pas quitté le pays depuis notre arrivée sur le territoire en juillet 2020 alors que si nous l’avions vraiment voulu, nous aurions pu nous organiser pour voyager ailleurs durant l’hiver. Rester en Espagne a été un choix délibéré de notre part même s’il a été influencé par la situation sanitaire. Même si il nous démange fortement de reprendre notre backpack pour sillonner les routes du monde, c’est un pays où nous nous y sentons bien et que nous aurons plaisir à retrouver à chaque retour de périple. Avec notre statut de nomades digitaux, nous sommes quand même un petit peu en dehors du système et n’avons pas tous les problèmes qu’ont certains locaux avec la recherche d’emploi et les jobs très mal payés. Ce dernier point risque d’édulcorer un peu la vision que nous avons du pays.

Le Teide, point culminant de l’Espagne

Coups de gueule

Chaque pays a ses points faibles et l’Espagne n’échappe pas à la règle. Voici les quelques petits points négatifs que nous avons observé. Rassurez-vous, ça ne va pas nous faire quitter définitivement le pays!

La Cita Previa

On doit la culture de la cita previa à l’épidémie de Covid. Une cita previa c’est un rendez-vous à prendre à l’avance pour se rendre dans un bureau administratif. Tout se passe sur internet. Mais comme nous ne sommes pas les seuls à vouloir ces rendez-vous, les sites sont vites surchargés donc inaccessibles et il faut parfois des semaines pour enfin avoir un rendez-vous! La petite formalité administrative prend vite des plombes avec ce système. Bien sûr, nous comprenons pourquoi, en temps de Covid, les administrations ne veulent pas de la foule dans leurs bureaux mais galérer sur leurs sites internet devient vite très énervant.

La corrida

Nous avons pour habitude de nous intéresser aux différentes traditions des pays que nous visitons et d’essayer de ne pas trop les juger mais celle de la corrida nous fait vraiment bondir! Mettre à mort une pauvre bête qui n’a rien demandé juste pour le plaisir du public est vraiment à vomir! Oui, on nous l’a déjà dit, c’est la tradition et l’identité espagnole! Ça ne changera rien au fait que nous ne cautionnons absolument pas ce genre de barbarie. Au contraire, nous saluons plutôt le geste de la Catalogne qui a totalement interdit les corridas sur son territoire.

Ce n’est pas idéal pour le backpack

L’Espagne, il y fait bon vivre mais moins bon voyager si on veut le faire à la mode backpacker. C’est un pays européen avec un niveau de vie européen donc des prix européens et une virée peut vite faire exploser le budget. C’est un pays magnifique mais il nous manque quand même un peu d’exotisme et une part d’imprévu que nous ne pouvons pas trouver sur ce continent. Par contre, si vous avez un budget illimité, c’est super facile à se déplacer à travers la péninsule, les transports publics sont vraiment top!

Le morro

C’est du museau de porc dans sa graisse servi en tapas et c’est sûrement un des trucs les plus immondes que nous avons goûté!

Ce ne sont pas ces quelques petites contrariétés qui vont nous faire changer d’avis et nous faire prendre la poudre d’escampette. De toute façon, nous préférons nous concentrer sur les choses positives.

Coups de coeur

La mer

C’est quelque-chose qui nous manque cruellement en Suisse. D’ailleurs, un des arguments pour partir en Espagne, était justement le bord de mer. Nous ne pouvons pas vraiment expliquer pourquoi nous sommes à ce point des amoureux de la mer. Nous ne sommes pas des adeptes de faire la crêpe sur la plage mais nous aimons contempler la ligne d’horizon, imaginer ce qui se trouve au loin derrière cette grande étendue d’eau salée, de sentir l’air iodé et le sable chaud et de sentir chaque grain de sable sous nos pieds lors de nos longues balades sur les plages. Et si l’eau n’est pas trop froide, nous apprécions également d’y faire trempette. Le fait d’avoir grandi dans les Alpes et d’avoir toujours une paroi rocheuse qui arrête le regard nous fait sûrement apprécier ce grand espace de vide.

La chaleur humaine

Les Espagnols sont réputés pour être chaleureux et ce n’est pas du tout une réputation usurpée! Il est super facile de nouer des contacts avec la population locale même dans les grande villes. Ils sont d’une franchise qui parfois peut être déconcertante mais nous ça nous plait et c’est en partie dû à la langue castillane qui est moins protocolaire que le français. Ce qui nous a le plus frappé (et fait super plaisir!) chez les gens, c’est le respect des minorités et des différences. Pas une seule fois, nous nous sommes sentis jugés à propose de notre mode de vie un peu alternatif. Ce qui est loin d’être le cas dans d’autres contrées et dans notre propre pays. Au contraire, nous avons plutôt été l’objet d’une saine curiosité. C’est d’ailleurs l’endroit où nous avons rencontré le plus de trentenaires comme nous qui sont un peu en marge du système et qui se sont libérés du carcan métro-boulot-dodo-marmots en choisissant un mode de vie différent.

Un pays progressiste

C’est vrai qu’on ne pense pas forcément à l’Espagne quand on parle de pays progressiste et pourtant! Les droits des minorités, notamment LGBTQ+ et des femmes, est défendu becs et ongles. Les violences machistes sont fortement punies et il y a partout des affiches avec des numéros de téléphone pour dénoncer ce genre de pratique et les plaintes sont prises au sérieux. La religion est très peu présente, à notre grand étonnement mais sachant que le dictateur Franco était un fervent catholique, nous comprenons mieux l’attachement des Espagnols à la laïcité. Tout ceci, on le doit à une politique très socialiste. Pour nous, qui venons d’un pays très penché à droite politiquement qui a de la peine à faire passer ses lois progressistes, c’est un peu Noël tous les jours! Pour la petite anecdote, le gouvernement espagnol actuel est le gouvernement le plus féminisé AU MONDE!

La culture

L’Espagne, comme une bonne partie de l’Europe, a une histoire fascinante! La péninsule ibérique à été habitée par les hommes préhistoriques, par les Ibères à l’âge de Bronze, par les Romains, par les Arabes et enfin par les Rois catholiques avant de subir une terrible guerre civile. (C’est un gros résumé mais c’est juste pour donner un ordre d’idée) Aujourd’hui, il reste beaucoup de sites historiques traitant des différentes époques qu’a connue l’Espagne et ils sont super accessibles. Beaucoup de ces sites sont entièrement gratuits et, pour les autres, le prix d’entrée n’est, en général, pas trop excessif. Nous avons bien profité de nous cultiver dans ces différents endroits surtout que l’histoire, c’est un de nos gros kiffs. Les différentes fêtes patronales ou religieuses font également partie de la culture espagnole. Malheureusement, à cause de l’épidémie, elles ont toutes été annulées. Nous avons juste eu la chance d’assister aux traditionnelles fallas valenciennes mais dans une version allégée, situation sanitaire oblige.

Les marchés et les produits locaux

Nous avons l’immense chance d’habiter au cœur de la huerta, une grande plaine agricole qui entoure la ville de Valence et qui est un important grenier d’Espagne. Du coup, les marchés sont bien fournis, colorés et avec des produits variés et de saison. Un vrai régal pour les yeux puis pour les papilles. Nous nous faisons une orgie de fruits et de légumes sans plomber le budget car les prix sont vraiment corrects, à condition de consommer local, bien sûr! La région valencienne est également connue pour sa culture du riz, notamment pour préparer la fameuse paella. Nous ne savons pas cuisiner cette dernière mais le riz local se prête très bien à la préparation du risotto, une des spécialités de Van.

Tenerife n’est pas en reste pour les produits locaux. Grâce à sa terre volcanique fertile, à son climat subtropical et à ses différence d’altitude, l’île possède une agriculture variée. Nous y avons particulièrement apprécié les fruits tropicaux comme les bananes, les papayes et les avocats.

L’heure de la sieste

En Espagne, la sieste c’est sacré! Et finalement, ce n’est pas désagréable surtout pendant les grandes chaleurs estivales. Entre 15 heures et 17 heures, la vie se met sur pause et même si tout le monde ne cède pas forcément aux bras de Morphée, on profite allègrement de ce moment de calme. Vers 17h30 ou 18 heures, la vie se réveille à nouveau comme si on s’apprêtait à commencer une nouvelle journée et c’est vraiment sympa. C’est un peu bizarre en hiver avec la nuit qui se couche tôt mais c’est un moment typiquement espagnol et sans cette particularité d’horaire, la vie n’aurait pas la même saveur.

Les zones humides méditerranéennes

La côte méditerranéenne a plutôt tendance à être aride mais il existe, à plusieurs endroits, des zones humides constituées d’étangs d’eau douce ou de lagunes d’eau salée où la végétation est un peu plus luxuriante. Ce sont également des sanctuaires pour les oiseaux, migrateurs ou non, et nous avons pu en observer de plusieurs espèces et c’est fascinant. Pour la petite anecdote, Petit Fabien, avec tout l’énergie et l’impatience caractéristiques de ses six ans, est resté près de trois quarts d’heures sans bouger à observer la faune de l’Albufera. La preuve que le spectacle en vaut la peine!

Bizarreries à l’Espagnole

Même si c’est un pays vraiment cool, l’Espagne a ses petites bizarreries qui nous hallucinent toujours.

Les Espagnols mangent tout le temps!

Déjà, il y a cinq repas principaux en Espagne : le desayuno qui correspond au petit déjeuner, l’almuerzo vers 11h30 – midi souvent constitué d’un bocadillo (un sandwich), la comida à 14 heures qui est le repas principal de la journée avec, en général, entrée, plat et dessert, la merienda vers 18 heures qui correspond plus ou moins au goûter et enfin, la cena, le repas du soir qui se déroule vers 21 heures ou 22 heures. Si on rajoute quelques tapas avec l’apéro, ça en fait des calories ingurgitées surtout que la cuisine espagnole est loin d’être légère! Nous ne savons pas comment font les gens ici pour ne pas être malades, l’habitude sûrement. Mais, avec la nouvelle génération plus adepte à faire du sport et à manger sainement, la tendance de la « surbouffe » va en diminuant.

Les Espagnols parlent tout le temps

Les moments de silence n’existent pas en Espagne. Les Espagnols parlent tout le temps, partout et avec n’importe qui! C’est d’ailleurs sûrement le seul pays à demander le silence dans les lieux publics comme mesures anti-Covid! (C’est véridique, ici c’est un des gestes barrières à respecter!) En observant les gens, nous nous sommes finalement rendu compte que le langage corporel des Espagnols est assez pauvre, tout se joue sur la parole et sur le ton de la voix, ceci explique sûrement cela. (Van se fait d’ailleurs griller assez vite avec sa tendance à parler avec les mains!) Cette bizarrerie ne nous gêne pas du tout, nous avons d’ailleurs fait beaucoup de rencontres vraiment sympa grâce à la parole facile des locaux. Notre vraie question est : Comment font-ils pour toujours trouver un sujet de conversation?

La musique espagnole

C’est beaucoup mieux quand on ne comprend pas les paroles…

Paysage typique méditerranéen dans la région d’Alicante

Comme vous avez pu le lire plus haut si vous en avez eu le courage, l’Espagne est un pays avec ses hauts, ses bas et ses paradoxes, comme n’importe quel pays finalement. Mais c’est le pays que nous avons choisi et, pour l’instant, il nous convient. C’est un pays assez modeste dont on n’attend en général rien (Ah cette fameuse arrogance, rarement justifiée, du Nord envers les pays du sud!) mais qui arrive toujours à nous surprendre.

Pour vous récompenser d’avoir tenu le coup à déchiffrer notre pavé, nous avons une très bonne nouvelle à vous annoncer! Attention roulement de tambour……

Nous sommes ravis de vous annoncer que nous sommes les heureux détenteurs…. d’un pass sanitaire!

Non mais vous débloquez Van & Fab, nous faire languir juste pour nous dire que vous avez reçus deux doses de vaccins que des millions de personnes ont reçues avant vous!

D’accord, c’est vrai, ce n’était pas la vraie annonce mais c’est grâce, entre autres, à ce pass sanitaire que nous avons une bonne nouvelle. Et, pour la petite anecdote, si nous ne l’avons pas eu plus tôt c’est parce-que l’Espagne a vacciné sa population par tranche d’âge et que nous avons longtemps été trop jeunes pour prétendre aux piqûres. Ça fait tellement longtemps que nous n’avons plus été « trop jeunes » pour quelque-chose que nous en profitons un peu.

Oui, bon mais c’est quoi la vraie bonne nouvelle?

La vraie bonne nouvelle la voici :

Nous allons enfin reprendre nos backpack et silloner une partie du monde cet hiver. Le départ est prévu le 25 septembre!

Oui, nous vous l’annonçons un peu à la dernière minute mais avec ce fichu virus qui rôde toujours, nous ne pouvons pas trop anticiper. Notre point de départ sera Sofia . Oui, c’est vrai, la Bulgarie ce n’est pas vraiment sous les cocotiers mais ce n’est que le début! Nous nous rendrons ensuite en Turquie où nous effectuerons une petite boucle. Là, ce sera surtout la météo qui décidera de notre séjour turc. Istanbul sera ensuite notre point de départ pour des cieux plus cléments. Nous ne vous en disons pas plus car, nous sommes toujours dans un situation particulière et que tout peut changer et puis, autant laisser un peu de suspense non? Mais si tout se passe comme actuellement dans notre tête, ça promet d’être cool et entièrement nouveau pour nous!

Nous sommes super motivés et excités à l’idée d’enfin repartir. Nous savons que nous aurons sûrement à nous adapter aux changements de situations et à choisir des itinéraires pas forcément logiques mais nous l’acceptons. Nous nous sommes même préparés mentalement à devoir écourter notre séjour même si nous le ferons la mort dans l’âme. Ou à le prolonger, qui sait? Bref, qui vivra verra!

En attendant, nous nous attelons à la préparation de nos sacs et nous nous réjouissons de partager nos prochaines aventures avec vous!

Une réflexion sur « La vie en Espagne, c’est comment? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :