Izmir

Nous avons finalement renoncé à parcourir toute la côte turque et avons privilégié le train qui passe par Konya. L’itinéraire n’est pas aussi illogique qu’il en a l’air. La Turquie est un pays vraiment mal plat surtout sur la côte qui est bordée par la chaîne des Monts Taurus. La ligne de chemin de fer passe à l’intérieur du pays sur des plateaux aux reliefs plus ou moins plats et il est plus commode et rapide de rejoindre la côte ouest par ce moyen. Le début du trajet était magnifique longeant des gorges de calcaire vraiment impressionnantes mais ça s’est assez vite gâté! Les plateaux centraux ne sont pas extraordinaires et nous avons essuyé une tempête de neige monstrueuse alors que n’étions qu’à 800 mètres d’altitude. La Turquie connaît cette année un hiver tardif et inhabituellement froid. Il fait même meilleur en Europe centrale ces jours-ci!

NB : Toutes les vidéos des paysages prises depuis le train se trouvent encore dans nos stories instagram

Nous devons changer de train à Konya au centre-sud du pays. Là, un froid glacial nous attend, il fait moins un degré! Heureusement, nous trouvons de quoi nous réchauffer et nous restaurer. On nous laisse même squatter la salle d’attente chauffée de la gare normalement réservée aux voyageurs du train à grande vitesse pour Istanbul ou Ankara. Les trains sont également très bien chauffés, voire presque trop et ils sont modernes et confortables. Après 24 heures de voyage, finalement pas trop désagréables, nous voilà arrivés à Izmir, située sur la mer Egée.

Ancienne agora de Smyrne, datant du IIIe siècle

Izmir est la troisième ville du pays et ça se ressent assez vite. Nous passons la dernière heure de notre trajet à traverser des faubourgs interminables et très moches. La douceur de vivre est moins présente qu’au sud, nous sommes plus proches de la frénésie d’Istanbul que de la dolce vita d’Antalya ou Adana. Par contre, l’anglais est beaucoup plus parlé par la population locale et il est beaucoup plus facile de communiquer avec les gens, pour notre plus grand bonheur! Il y a quelques détails qui nous rappellent fortement la Grèce qui n’est plus très loin, l’île grecque de Chios se trouve juste au large du Golfe d’Izmir.

Une partie d’Izmir au pied des monts Yamanlar
Centre historique

Durant la période ottomane, Izmir était un important port d’escale. Il reste de cette époque un petit centre historique avec quelques maisons typiques de cette époque. Les ruelles correspondent à l’ancien bazar reconverti en boutiques de souvenirs et en petits cafés. C’est d’ailleurs la toute première fois en Turquie que nous avons affaire à des rabatteurs! Certes, ils ne sont vraiment pas insistants mais c’est un pays qui ne nous avait pas du tout habitué à ça! Même dans le Grand Bazar d’Istanbul, pourtant fréquenté presque uniquement que par des touristes, on nous a foutu une paix royale!

Alsancak

S’il y a un endroit cool à Izmir pour manger, boire un café, une bière ou un verre de vin, c’est bien Alsancak! Il est difficile de faire un choix entre tous les restos, bars ou cafés qui nous sont proposés! En été, il doit être bien agréable de flâner dans les rues piétonnes bordées par quelques maisons ottomanes et leur balcon-galerie avant de se poser sur une des nombreuses terrasses du quartier, toutes plus sympas les unes que les autres. Il y en a pour tous les goûts : cuisine locale, resto de poissons, végan, pub irlandais, cuisine étrangère, bar à cocktails, œnothèque, etc… C’est le quartier que nous avons préféré à Izmir!

Le front de mer

La ville d’Izmir se trouve au bord de la mer Egée, même si elle donne l’impression d’être au bord d’un lac qu’on pourrait trouver dans nos Alpes. D’ailleurs, l’environnement nous rappelle fortement la ville de Montreux au bord du lac Léman! En fait, la ville se trouve au fond du golfe qui porte son nom. C’est un vrai fjord de 75 kilomètres de long bordé par différentes chaînes de montagnes. Donc ça ne sert à rien d’essayer d’apercevoir la ligne d’horizon, vous ne la verrez pas depuis Izmir. Votre regard se posera forcément sur le relief, qui est magnifique soit-dit en passant! Dommage que le coin connaisse une urbanisation galopante et que les coteaux soient littéralement étouffés par une jungle de béton.

Il y a une jolie promenade pour piétons et cyclistes qui longe le rivage. Nous y avons été accueillis par un fort vent du nord bien glacial mais nous sommes sûr qu’en été, il y est bien plus agréable de s’y balader!

Izmir n’est pas un incontournable en Turquie et nous aura laissé un peu sur notre faim. Une première dans ce pays que nous adorons! Nous avons bien aimé son côté cosmopolite mais moins son côté grosse ville étouffante. Pourtant, malgré notre statut de backpackers, nous avons un côté citadin très développé et avons apprécié des villes qui paraissent bien plus horribles comme Saigon. Même Istanbul avec ses 17 millions d’habitants nous a paru beaucoup moins oppressante!

Malgré cette découverte d’Izmir en demi-teinte, nous n’allons pas nous laisser abattre et allons tout de même partir explorer la région de la mer Egée qui semble avoir quelques petits trésors à nous proposer!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :