30 mois d’aventures, le grand bilan

Il y a deux ans et demi tout pile, nous avons décollé depuis l’aéroport de Genève pour l’aventure de notre vie. Nous n’avions qu’une vague idée de ce qui allait nous attendre mais nous étions loin d’imaginer l’enrichissement personnel que ce voyage allait nous apporter. Qu’en est-il après 30 mois sur les routes? Nous allons essayer de dresser notre traditionnel bilan semestriel même si les circonstances actuelles dues au Covid 19 sont un peu particuières.

En chiffres

  • Pays visités : 23 Brésil, Uruguay, Argentine, Chili, Bolivie, Pérou, Equateur, Mexique, USA, Hong-Kong, Malaisie, Singapour, Brunei, Indonésie, Thaïlande, Laos, Sri Lanka, Emirats Arabes Unis, Oman, Inde, Birmanie, Cambodge, Vietnam.
  • Distance parcourue : 101’133 kilomètres. 12’492 kilomètres ces six derniers mois.
  • Température la plus basse : 13 degrés à San Cristobal de las Casas au Mexique. Récemment, nous avons presque atteint notre record de froid à Hanoi avec 14 petits degrés.
  • Température la plus élevée : 44 degrés à Agra, en Inde. Récemment, nous avons dépassé le seuil des 40 degrés en Thaïlande avec 41 degrés à Kanchanaburi et dans la région de la Death Railway.
  • Altitude la plus basse : – 35 mètres (oui, il y a bien le signe moins!) dans les dépressions salines de la péninsule Valdés en Patagonie Argentine. Nous sommes souvent à l’altidude zéro puisque nous sommes de grands amoureux de la mer.
  • Altitude la plus haute : 4070 mètres au Paso de Sico dans le désert d’Atacama au Chili. Depuis notre arrivée en Asie, nous sommes rarement montés au dessus de mille mètres.
  • Les bobos : toujours les habituels petits bobos dus à la chaleur et à la vie au grand air. (piqûresd’insectes, hématomes, coups de soleil, égratignures, etc). Grâce aux visites de nos proches et amis qui se sont fait dévorés par les moustiques, nous avons découvert que nous sommes à présent immunisés contre les piqûres d’insectes.
  • Bébêtes dangereuses : juste un serpent dans un arbre à Battambang, au Cambodge.
  • Matériel remplacé : à part la mort de nos smartphones respectifs, rien à signaler ces six derniers mois
  • Semaines de confinement dues au Covid 19 : Si le déconfinement aura bien lieu le 12 mai comme prévu, nous serons restés confinés durant 8 semaines. Ce sera également notre record de temps passé au même endroit.
  • Nombres de visites de nos proches : deux ces six derniers mois. Nos amis Seb, Delphine, Eloane et Petit Fabien pour les vacances de Noël et les parents de Fab pour trois semaines entre janvier et février.
  • Nombre de fois où nous avons regretté d’être partis : après 30 mois, il n’y a plus trop de doutes sur notre choix.
  • Notre gros coup de cœur de ces six derniers mois : Le Cambodge. Et dire que nous voulions à tout prix éviter ce pays!

Nous en rigolons encore (ou pas…)

  • Se préparer psychologiquement à affronter la corruption à la douane cambodgienne pour rien. Aucun bakchich nous a été demandé!
  • Essayer de communiquer avec les Vietnamiens qui ne parlent pas un mot d’anglais.
  • Essayer donc de communiquer en Vietnamien avec les locaux sans beaucoup plus de succès.
  • Se faire prendre pour des Russes…par des Russes! Nous n’avons pas du tout le type slave pourtant…
  • A Can Tho, avec nos amis, se faire servir notre repas du soir par une psychorigide de la bouffe qui nous répétait en boucle « Please, don’t mix everything together! » Depuis, cette phrase est devenue la mascotte des vacances de Noël au Vietnam.
  • Se faire menacer d’un lancer de chaussure par un chauffeur de taxi vietnamien
  • A Hô Chi Minh Ville, se faire virer du bus car nous n’avions pas payé un billet pour nos bagages.
  • A Hanoi, avec 14 petits degrés, retrouver les parents de Fab emmitouflés dans nos doudounes alors, que pour eux, la température était plus qu’agréable. Pour notre défense, nous venions du sud et de ses 35 degrés tandis qu’ils débarquaient de l’hiver suisse à cinq degrés.
  • Débarquer en Malaisie à peine 48 heures avant le lockdown total
  • Rester confinés durant 8 semaines (peut-être plus) pour cause d’épidémie Covid 19

Ce que nous avons appris

Nous avons appris tellement de choses, notamment sur nous-même et en même temps, l’apprentissage est loin d’être terminé. Nous avons appris à être beaucoup plus fatalistes, à accepter de ne pas pouvoir tout prévoir et à accepter le destin. La situation actuelle nous prouve que nous n’avons aucune prise sur le futur et que nous devons nous adapter aux circonstances.

Parlons Covid 19 et confinement

Ce n’est pas le sujet le plus intéressant mais il fait, depuis deux mois, partie intégrante de notre aventure. Nous avons dû mettre tous nos projets en stand-by pour une durée indéterminée. Nous avons choisi de nous confiner en Malaisie, un pays connu que nous apprécions énormément et qui possède un bon système de santé. Avec le recul, nous ne regrettons pas ce choix.

Nous avons dû réapprendre la vie sédentaire et, même si ça nous démange énormément de reprendre nos sacs, nous nous y sommes bien adaptés. Il est vrai qu’avec une terrasse sous les palmiers, le climat tropical et la faune du parc national tout proche, nous ne sommes pas à plaindre. Nous en avons profité pour faire de nouvelles activités comme le yoga, de nous remettre au badminton, de concocter de bons petits plats et de nous plonger dans des bouquins. Nos liseuses n’ont jamais été autant sollicitées. Nous avons eu le temps de rêver de nos prochaines aventures et de nous replonger dans des documentaires sur le voyage, chose que nous avons rarement faite ces 30 derniers mois. La flamme du voyage est toujours intacte. Même si le temps commence à être long, nous sommes assez satisfaits de notre sort.

Si tout va bien, le déconfinement devrait avoir lieu le 12 mai mais il faudra encore du temps avant que la vie reprenne son cours comme avant.

Et notre couple dans tout ça?

Après 30 mois à se voir tous les jours et à parfois devoir parler de notre transit intestinal, nous arrivons encore à nous supporter. Le confinement n’a pas changé grand chose à notre dynamique puisque nous étions déjà tout le temps ensemble avant. Nous avons même plus l’occasion de nous laisser de l’espace. Nous commençons vraiment à être bons en communication et usons toujours de notre sens de l’humour un peu pourri.

SPOILER ALERT!!

Pas de spoiler alert cette fois-ci dans ce bilan pour la simple et bonne raison que nous n’avons aucune idée de quoi l’avenir sera fait. Notre seul projet pour le moment est d’essayer d’aller prolonger notre visa auprès de l’immigration malaisienne après la levée du confinement. Nous n’avons aucune garantie sur l’acceptation de notre requête, les autorités malaisiennes n’ayant quasiment rien communiqué sur le sujet. Si notre demande venait à être refusée et si les frontières restaient fermées, nous n’aurions pas d’autres choix que de rentrer en Suisse. Mais ce ne sera pas si simple! L’ambassade nous a confirmé qu’il était impossible, pour l’instant, de rejoindre un aéroport suisse par un vol intercontinental et qu’il fallait essayer de viser Francfort ou Heathrow, toujours sans garantie. Donc wait and see…

Nous sommes censés prendre un rendez-vous via le site internet de l’immigration pour l’éventuel prolongement de notre visa. Mais nous ne sommes pas les seuls dans ce même cas et le site est complètement saturé. A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous pouvons rester en Malaisie jusqu’au 12 juin. Ensuite, c’est l’inconnu total.

Quel que soit le dénouement, cette pause forcée nous aura conduit à une grande introspection et à de grandes remises en question sur nos voyages. Si la situation se décante, nous commencerons une version 2.0 de notre tour du monde. Nous voulons voyager plus lentement encore, plus écologiquement et nous voulons également changer d’horizon. Nous pensons avoir fait notre temps en Asie. Ce sont des réflexions que nous avons déjà commencées à avoir auparavant et que nous pensions concrétiser en 2020 avant que l’arrivée du Covid 19 stoppe tous nos plans. Nous espérons pouvoir prendre un nouveau départ en 2021. Une seule chose est sûre, ce ne sont pas les idées qui manquent!

Nous espérons que le prochain grand bilan sera plus positif. En attendant, nous vivons au jour le jour au gré des annonces des différents gouvernements et de l’évolution de la situation.

Coucher de soleil sur Phu Quoc vu depuis Kep, Cambodge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :