Fort Portal et les crater lakes

Entre Jinja et Fort Portal, il nous fallait trouver une étape afin de couper le trajet mais il était hors de question de nous arrêter à Kampala, véritable enfer sur terre. Nous avons donc fait escale à Entebbe, l’ancienne capitale du pays située 30 kilomètres plus à l’ouest. La ville n’est pas extraordinaire malgré sa situation sur une presqu’île du lac Victoria. Là non plus on ne dirait pas que nous sommes au bord de la deuxième étendue d’eau douce du monde car une multitude d’îles et de péninsules cachent l’horizon.

Entebbe botanical gardens

En regardant sur la carte, nous avons découvert une belle étendue verte sur les rives du lac Victoria. Il fallait donc que nous allions voir de quoi il en retournait!

Le jardin botanique d’Entebbe a été fondé par les Anglais en 1898 et s’étend sur plus de 40 hectares. Ce n’est pas un jardin à l’européenne bien propret, la végétation est laissée à l’état sauvage, et c’est tant mieux! Une multitude d’oiseaux et des singes colobus peuplent les lieux. Nous avons particulièrement aimé le jardin aux épices où le staff très sympa nous a fait découvrir et sentir les différentes plantes à épices qui y poussent.

Fort Portal

Nous n’échappons pas à Kampala car c’est de là que partent les lignes de bus pour Fort Portal et nous n’allions pas faire 300 kilomètres en matatu, les minibus collectifs inconfortables même s’ils sont super pratiques sur des courtes distances. Pour rejoindre le terminal de bus, il nous faut traverser le marché de Kampala et c’est l’enfer dans l’enfer. Les stands sont montés sur le trottoir qui n’est déjà pas grand en temps normal, c’est bondé et les gens deviennent agressifs pour vendre quelque-chose. Van a même reçu des coups dans le bras de la part de certains marchands qui cherchaient à attirer son attention. Mais heureusement, ce que nous avons vécu là n’est pas du tout représentatif de l’Ouganda, les gens sont, en général, beaucoup plus calmes et respectueux.

Il nous faut quand même presque une heure pour traverser ce bordel et arriver à la station d’autobus. Ici, il n’y a pas d’horaire, les bus partent quand ils sont pleins. Coup de bol! Le bus pour Fort Portal est prêt au départ et attend juste deux derniers passagers afin de pouvoir partir! Ces deux personnes, c’est nous! Et en plus, il reste les deux meilleures places à l’avant vers la porte! Il nous faut juste partager nos sièges avec nos sacs mais c’est déjà bien plus confortable que les matatus.

Les paysages traversés sont juste incroyables entre collines vertes, pâturages, plantations de bananes, forêt équatoriale, plantations de thé, etc… presque au point de nous faire oublier la conduite vraiment très sportive du chauffeur! Les cinq heures de trajet passent assez vite et nous arrivons à Fort Portal, à l’ouest du pays, juste à temps pour rejoindre notre hostel avant la pluie!

Petit aparté sur le logement

Normalement, nous ne faisons jamais de pub sur les logements car les offres changent en fonction des dates et parce que ce n’est pas le but de ce blog. Nous ne sommes pas une agence de voyage! Mais nous faisons ici une exception car le concept nous plaît énormément. Nous sommes descendus au YES hostal (YES pour Youth Encouragement Services). C’est un hostal pour backpackers tout ce qu’il y a de traditionnel avec ses dortoirs, ses chambres privées et sa partie commune pour les rencontres. Il y a également la possibilité d’y prendre ses repas pour des prix vraiment corrects et prendre son petit-déjeuner dans le jardin avec tous les oiseaux est vraiment incroyable! Mais le vrai plus est que tous les bénéfices vont dans un programme pour aider les orphelins et les enfants vulnérables de tout le district (scolarisation, soins médicaux,…). Evidemment, nous faisons cette petite pub totalement gratuitement. Nous avons juste été touchés par le dynamisme, la joie de vivre et la volonté des managers et avons trouvé pertinent d’en parler. Pour plus d’infos : https://www.yesuganda.org/yes-hostel/

La ville de Fort Portal n’a vraiment rien d’extraordinaire mais elle est entourée d’un véritable écrin de verdure et c’est vraiment agréable. Elle est perchée à 1523 mètres d’altitude et vit essentiellement de la culture de bananes et de thé.

Saka Lake
Saka Lake et les monts Rwenzori en arrière-plan

La vraie curiosité de la région ce sont les lacs. Mais ce ne sont pas de simples lacs. Nous sommes ici dans un champ volcanique de la vallée du Grand Rift occidental dont les explosions éruptives d’il y a plusieurs millions d’années ont formé des cratères qui se sont petit à petit remplis d’eau.

Le lac Saka se situe à sept kilomètres du centre de Fort Portal à 1591 mètres d’altitude. Pour nous y rendre, nous négocions un boda boda, un moto-taxi. C’est génial pour les sensations fortes mais pour la sécurité routière, on repassera. Déjà, les casques, il ne faut pas y penser, ensuite, les chauffeurs roulent comme des malades sur des pistes complètement défoncées! Inutile de préciser que nous avons effectué le trajet du retour à pied! Finalement, les scooteristes de Saigon sont un vrai exemple de sécurité routière!

Bref, nous sommes bien contents d’être arrivés vivants et une fois au bord du lac, nous oublions vite nos mésaventures routières. Ce qui nous plaît particulièrement c’est que les rives du lac, mis à part une ou deux petites exploitations agricoles, sont complètement sauvages. Nous sommes hallucinés du nombres d’oiseaux qui nichent dans les environs. Nous étions déjà impressionnés par toutes les espèces aviaires qui vivent au bord du lac Victoria mais ici dans l’ouest, il y en a 100 fois plus, tous plus beaux les uns que les autres, mais très peu disposés à poser pour notre objectif.

Monts Rwenzori

Les magnifiques montagnes qu’on aperçoit parfois entre les nuages sur nos photos sont les monts Rwenzori. C’est une toute petite chaîne de montagnes (120 kilomètres de long sur 65 kilomètres de large) mais c’est un coin très important pour la biodiversité du centre de l’Afrique. Quelque part sous les nuages, un peu plus au sud, se dresse, à 5109 mètres d’altitude, le pic Margherita sur le mont Stanley. C’est évidemment le point culminant d’Ouganda mais aussi de la République Démocratique du Congo voisine, la frontière ne se trouvant qu’à 30 kilomètres à vol d’oiseau de Fort Portal. C’est également la troisième montagne d’Afrique après le Kilimandjaro et le mont Kenya et une des seule du continent à posséder des glaciers. C’est tellement une chaîne de montagnes de ouf pour ses paysages, ses microclimats et sa biodiversité que l’UNESCO l’a inscrite sur sa liste du patrimoine mondial! C’est vrai qu’elles sont très belles, c’est juste dommage qu’elles soient souvent dans la brume mais c’est grâce au climat équatorial très humide qu’il y a une flore et une faune extraordinaires.

Le lac Saka n’est pas le seul lac de cratère du coin mais nous n’avons pas le cœur assez accroché pour tout parcourir en boda boda. Nous avons préféré faire les 7 kilomètres du retour en ville à pied à travers les champs, les collines et les forêts d’eucalyptus. Et puis, ce genre de lac se trouve également ailleurs en Ouganda, nous risquons sûrement d’en voir d’autres sans forcément mettre notre vie en péril sur les pistes ougandaises.

Nous avons été enchantés par les paysages que nous avons rencontrés dans ce coin de pays. Pour la suite, nous devrions continuer vers le sud mais ça dépendra de plusieurs paramètres comme les transports et les offres hôtelières. Nous devons aussi faire attention aux distances qui ont tendance à être très longues et à ne pas nous faire avoir par l’expiration de notre visa.

2 réflexions sur « Fort Portal et les crater lakes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :