Le Caire et les pyramides de Gizeh

L’Egypte, c’était un rêve de gosse pour Van depuis qu’elle a étudié les pharaons à l’école. Mais elle n’avait jamais osé franchir le pas jusqu’à présent de peur que la réalité ne soit pas aussi cool que ses attentes. Quant à Fab, il est fasciné par les paysages du désert. C’est donc logique que l’Egypte ait une place de choix dans notre petit trip africain. Nous espérons juste que nos espoirs ne soient pas trop déçus.

Comme nous l’avions déjà mentionné, notre but était de rejoindre l’Egypte par voie terrestre depuis la Tanzanie mais la situation politique s’est entre temps dégradée en Ethiopie et au Soudan nous forçant à revoir nos plans. Nous avons dû, la mort dans l’âme nous rabattre sur l’avion.

Le Caire

Le Nil, au centre du Caire

Comme nous sommes arrivés par avion, notre aventure égyptienne commence donc au Caire, la capitale du pays. C’est une mégapole de 21 millions d’habitants et ça se ressent, le trafic est infernal et la qualité de l’air est vraiment mauvaise. Mais malgré son apparence de gigantesque jungle de béton, il y a quand même quelques trésors qui valent la peine qu’on s’y arrête.

Place Tahrir

L’obélisque au centre de la place

Ce n’est pas la place la plus pittoresque du monde mais c’est un endroit vraiment symbolique au Caire et le cœur névralgique. Si le nom vous dit quelque-chose c’est parce-qu’elle a été au centre de l’actualité en 2011. C’est sur cette place qu’ont eu lieu les manifestations du printemps arabe égyptien conduisant à la démission du dictateur Hosni Moubarak. Mais la joie sera de courte durée car en 2013, l’armée reprend le pouvoir après un coup d’état et, sans être réellement une dictature, l’Egypte est encore loin de la démocratie et peine à se trouver une stabilité politique.

Le Nil

Après avoir observé sa source à Jinja, au bord du lac Victoria, nous retrouvons sa majesté le Nil plus de 6000 kilomètres plus au nord. Il traverse la ville en son centre et heureusement qu’il existe! Le Caire manque cruellement d’espaces verts, cette étendue d’eau consiste un petit espace respiratoire dans cet enfer de gaz d’échappements.

Centre historique

Le Caire est une des plus vieilles villes du monde islamique. Elle a été fondée au Xe siècle et a atteint son âge d’or au XIVe siècle sous l’empire des Omeyyades, les mêmes qu’en Andalousie. Voilà pourquoi l’architecture de certains bâtiments nous rappellent Cordoue! Aujourd’hui, il reste quelques trésors, inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, que nous nous sommes empressés d’aller découvrir. La vieille-ville est un entrelacs de petites ruelles un peu figées dans le temps. Les maisons avec leurs balcons en bois typiquement arabes sont vraiment délabrées mais ont un charme fou. La Disneylandisation n’a pas passé par là et la vie se déroule tranquillement entre les marchés et les petites terrasses de cafés. Le quartier est dominé par la forteresse de Saladin datant du XIIe siècle.

En déambulant dans ce bordel organisé, nous avons découvert des trésors d’architecture typiquement islamique. Nous avons remarqué que les édifices religieux ont eu droit à une bien meilleure restauration que le reste du quartier.

Le quartier copte

Bon déjà, ça veut dire quoi copte? Les Coptes sont autochtones d’Afrique du Nord, principalement d’Egypte, et arabophones sauf qu’ils sont chrétiens. Mis à part une toute petite minorité de catholiques et d’évangéliques, ils font partie de l’église orthodoxe mais avec quelques spécificités. Les rites sont les mêmes mais la doctrine varie un peu. Jusqu’au XVIIe siècle, les Coptes avaient leur propre langue : le copte mais aujourd’hui, ce n’est plus qu’une langue liturgique comme le latin en Europe. En Egypte, les Coptes représenteraient entre 10 et 15% de la population, leur nombre exact n’est pas connu. Nous aimerions pouvoir vous dire que la cohabitation avec la majorité musulmane se passe dans une harmonie totale. Malheureusement, c’est loin d’être le cas. Les Coptes sont souvent victimes d’attentats meurtriers visant leur communauté. Leurs églises sont d’ailleurs toujours gardées par une armada de gardes de sécurité armés.

Dans le vieux Caire, il y a tout un quartier copte datant du déclin des religions pharaoniques jusqu’à l’arrivée de l’islam, époque où l’Egypte était majoritairement chrétienne. Le quartier s’organise autour des ruines de l’ancien fort de Babylone et est constitué de différentes églises datant du Ve au IXe siècle. Il y a également la synagogue Ben Ezra, la plus ancienne de la ville mais elle est actuellement fermée pour travaux. Nous ne pensions pas visiter autant d’églises en arrivant dans une des plus grandes villes musulmanes du monde!

Gizeh

Le Sphinx devant la pyramide de Khéphren

Nous n’allions pas rester au Caire sans aller faire un petit tour sur la nécropole de Gizeh. Nous ne savions pas trop à quoi nous attendre car le site est méga touristique et est connu pour être la cible de rabatteurs en tout genre. Avec le développement de l’agglomération cairote, la ville de Gizeh s’est construite jusqu’au pied des pyramides. Ce dernier point est vrai mais nous nous attendions à pire, la nécropole se trouve sur une colline et il y a beaucoup d’espace, la ville se contente de rester au pied de la colline. L’avantage de la proximité de la ville, c’est que le site est facilement accessible en métro puis en bus urbain.

L’entrée principale se trouve en bas, où se trouve le Sphinx. Nous n’avons pas fait exprès mais nous sommes rentrés sur le site par une entrée moins importante, à côté de la pyramide de Khéops et il s’est avéré que c’est un super bon plan : tous les guides et les rabatteurs attendent les touristes à l’entrée principale et nous avons eu une paix royale!

Les deux plus grandes pyramides ainsi que quelques tombeaux se visitent également, moyennant un petit supplément. Nous nous sommes contentés de voir les monuments depuis l’extérieur seulement car Van souffre de claustrophobie et ne se voyait pas coincée dans ces lieux clos.

Khéphren et Mykérinos
Pyramide de Khéops

Khéops est la plus grande des pyramides de Gizeh et fut, pendant des siècles, la plus grande construction humaine au monde. C’est la seule des sept merveilles du monde antique a avoir survécu jusqu’à nos jours. Elle mesure 137 mètres de haut mais avant l’érosion et l’usure du temps, elle grimpait jusqu’à 147 mètres! Une vraie prouesse pour l’époque sachant que la construction date d’environ de 2560 avant Jésus-Christ! Madame a donc plus de 4500 ans, normal qu’elle se soit un peu affaissée avec le temps. Elle abrite le supposé tombeau du pharaon Khéops. Cette pyramide est sûrement un des monuments antiques les plus fouillés et étudié mais elle n’a encore pas dévoilé tous ses secrets!

Khépren

La deuxième pyramide s’appelle Khéphren du nom du pharaon dont le tombeau est à l’intérieur qui n’est autre que le fils de Khéops. Elle est facilement reconnaissable est car son sommet est encore recouvert de calcaire. Elle ne mesure « que » 147 mètres afin de ne pas faire de l’ombre à sa voisine Khéops.

Mykérinos

Cette petite pyramide toute mimi se nomme Mykérinos selon le pharaon qui a succédé à Khéphren. Elle mesure quand même 63 mètres la petiote, ce qui est déjà pas mal même si son volume est deux fois inférieur à celle de Khéops! Les archéologues ont découvert que l’édifice était inachevé et en ont conclu que le souverain est décédé pendant sa construction.

Le Sphinx

Pour être francs, nous nous attendions à quelque-chose de bien plus impressionnant avec le Sphinx. C’est parce-que les pyramides derrière lui sont vraiment imposantes qu’il fait un petit peu pâle figure à côte. Pourtant, il mesure bien 20 mètres de hauteur dont une bonne partie rien que pour les pattes! Les archéologues peinent à se mettre d’accord pour savoir si la tête du Sphinx représente Khéops ou son fils Khéphren. Le nez manquant n’est pas dû à l’érosion mais bien à une détérioration humaine. Cette dégradation daterait du XIVe siècle et serait due à un soufi (une sorte de religieux islamique) qui voulait détruire ce qu’il considérait comme une idole païenne. N’importe quoi! Tout le monde sait bien que c’est Obélix qui a détruit le nez du Sphinx en voulant grimper dessus! #noussachons .

Le Caire aura été une première étape égyptienne bien sympa! Malgré sa jungle de béton tentaculaire et très moche, elle cache de véritables trésors. Nous aurions pu y rester des semaines et faire de nouvelles découvertes chaque jour. Nous aurions bien aimé visiter le musée égyptien mais nous avons un peu trop traîné dans nos visites du centre historique et nous sommes déjà en possession d’un billet de train pour la suite, nous ne prolongerons donc pas notre séjour pour ça.

Nous avons adoré le Caire mais nous sommes super content de partir pour le sud, déjà pour grappiller quelques degrés, car après la Tanzanie, nous sommes en plein choc thermique, puis également pour fuir la pollution de la ville qui est difficilement supportable, et pourtant nous sommes en hiver! Nous n’osons pas imaginer la ville pendant les chaleurs estivales et les pics de pollution!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :