Bilan du Brésil

Nous sommes bien conscients de n’avoir parcouru qu’une infime partie de cet immense pays (le 5ème plus grand du monde!) et de n’y avoir passé que très peu de temps mais nous tenons a vous faire un petit bilan de ce qu’on a vu. Ce n’est pas la vérité absolue et c’est juste notre ressenti et ça ne se réfère pas forcément à l’entier du Brésil.

  • Durée du séjour : 8 jours
  • Nombre de kilomètres parcourus : 1481 (Rio – Curitiba – Foz do Iguaçu) en bus
  • Nombre d’états traversés : 3 (Rio de Janeiro, Sao Paulo, Parana)
  • Extrêmes d’altitude : 0 m. à Copacabana et Ipanema, 935 m. à Curitiba
  • Extrêmes de températures : 23 degrés un jour de pluie à Rio, 32 degrés sous le soleil toujours à Rio
  • Budget : 2124 R$ (réais brésiliens) soit 645 CHF (551€) ce qui fait une moyenne de 80 CHF par jour (68€). Nous sommes bien loin de l’objectif des 50 CHF par jour que nous nous étions fixés mais les transports, les entrées à Iguaçu et la vie relativement chère nous ont fait exploser le budget.
  • Mots de portugais appris : une bonne trentaine
  • Mots de portugais compris : aucun, ils parlent trop bizarrement ici!

J’aime / J’aime pas

Comme d’habitude nous commencerons par les choses négatives histoire de finir sur le positif.

Les moins

  • La culture de la gastronomie : ce n’est pas que la cuisine brésilienne soit mauvaise, c’est juste que c’est gras, lourd et roboratif. Tout est frit ou en pâte feuilletée bien épaisse. Ça pourrait encore se comprendre s’il y avait un climat polaire mais sous les Tropiques, ça passe moyen. En plus, la malbouffe est reine ici, même dans un supermarché le paquet de biscuit XXL coûte bien moins cher que des bananes. D’ailleurs ça se voit assez vite, les Brésiliens sont plus en chair que les Européens. Bref la cuisine brésilienne ne nous laissera pas un souvenir impérissable.
  • Les transports publics à Rio : nous avons voulu jouer aux bons petits citoyens en utilisant les TP,  mal nous en a pris! Rio possède pourtant un métro et un tram tout neufs, héritage des JO 2016, mais la tarification est tellement compliquée que nous en avons perdu notre latin : appareils qui ne rendent pas la monnaie, il faut acheter une carte à recharger mais qu’on ne peut pas rendre à la fin, s’il n’y a pas un montant minimum on perd le solde de la carte, etc. Bref, pas de quoi inciter les Cariocas à lâcher leur voiture, malheureusement
  • Le coût de la vie : aussi élevé qu’en Europe, quelquefois les prix atteignent ceux de Suisse alors que nous savons pertinemment que les salaires ne suivent pas toujours, Du coup, nous comprenons mieux les inégalités sociales, vrai fléau au Brésil.

On a kiffé!

  • La nature : elle est omniprésente partout même en ville. Les Brésiliens aiment les arbres et les espaces verts et ça fait du bien à nos poumons. Nous entendons parler des déforestations massives en Amazonie mais le peu qu’il nous a été donné de voir dans le sud du pays, c’est une nature préservée et des humains qui la respectent.
  • Les dimanches sans voitures à Rio : C’est franchement la classe! Les Cariocas se réapproprient les rues à pied, à vélo et en roller et ça donne tout de suite une ambiance de vacances. Sans compter que la planète souffle un peu grâce à ces mesures anecdotiques certes, mais néanmoins nécessaires.
  • Les bus urbains à Foz do Iguaçu : Ici c’est facile. Les destinations et les numéros de ligne sont bien indiqués, il y a des receveurs dans les bus qui rendent la monnaie et si, par chance, il y en a pas, ben le bus est gratuit! En plus il y en a souvent.
  • La propreté : Le Brésil est vraiment super clean (voire aseptisé). Nous pouvons utiliser les toilettes publiques sans craindre de choper une maladie qu’on croyait disparue depuis des siècles, il n’y a pas un papier par terre et les propriétaires de chiens n’oublient jamais de ramasser les crottes sur les trottoirs. Nous savons bien que ce n’est pas partout comme ça, alors nous en profitons un peu.
  • Les caïpirinhas : la seule chose de bon marché au Brésil! Nous nous demandons d’ailleurs si les autorités brésiliennes soutiennent l’alcool et la malbouffe afin d’avoir des morts précoces et de ne pas payer de retraites! En tout cas, elles sont bonnes et adaptées au climat tropical!

Bref un séjour en demi-teinte pour nous, mais, comme déjà dit, nous n’avons qu’un minuscule aperçu du pays. Le Brésil restera quand même le pays à nous avoir presque dégoûté de la bouffe et à avoir réussi à nous faire rêver de légumes!

Rendez-vous en Argentine!

3 réflexions sur « Bilan du Brésil »

  1. Bonjour, je viens de découvrir votre Blog. Comme bonne brésilienne, qui a récemment quitté le Brésil, je suis venue direct voir votre passage à mon pays.

    Alors, si vous me permettez j’aimerais faire quelques observations.

    Pour commencer, j’ai pas vraiment compris l’expression que vous avez appris (hahahaha) désolé.

    Puis, la première fois que j’ai entendu un parlant de français parler, j’ai eu la même impression que vous avez eu du portugais. Mais je pense que vous avez aussi compris la différence d’accent de Rio par rapport à Foz de Iguaçu.

    C’est vraiment bizarre que vous avez trouver part tout de pâte feuillette, car on ne mange pas vraiment de pâte feuillette, d’abord parce que c’est chère et puis ça fait pas partir de la gastronomie Brésilienne, pour les fotos que vous avez mis ici, il n’y a rien en pâte feuillette (hahaha). Je pense que vous n’aviez pas vraiment choisir des bons restaurants, la gastronomie Brésilienne est très simple mais très diversifie et savoureuse. Mais tout ça c’est une question d’habitude avec la gastronomie qu’on mange depuis qu’on est petit.

    Et pour finir, je suis tout à fait d’accords de vous par les prix, la vie au Brésil coûte vraiment chère, sur tout RJ et SP, quand je dis qu’il s’approche de celui de la Suisse mes amie ici tombent surpris, la grande différence est qui le salaire de la plus part des travailleurs ce n’est pas comme en Suisse qui suis plus ou moins le coût de vie. Et oui, on fait la meilleure caipirinha lol .

    D’ailleurs je vous souhaite bonne continuation au tour du monde et quand serait-il l’heure bonne rentrer.

    J’aime

    1. Bonjour Barbara!

      Ouh la! Ça commence à faire vieux le Brésil! Merci pour vos observations!
      Comme nous l’avons précisé, nous ne sommes pas restés assez longtemps pour avoir une idée globale du pays. C’était juste notre ressenti du moment. Le Brésil a été la toute première étape du tour du monde, nous n’étions pas dans le même état d’esprit que maintenant. Nous ne sommes d’ailleurs pas fermé à y retourner un jour plus profondément et découvrir ce pays avec nos nouveaux yeux et dans des coins moins connus que Rio ou Iguaçu.
      J’espère que vous vous plairez en Suisse.
      Bonne continuation à vous!

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :