Arica

DSC00502

La météo catastrophique, les inondations et les blocages de route par les grévistes ont eu raison de notre séjour en Bolivie. C’est dommage car nous commencions vraiment à apprécier ce pays.

C’est donc à regret que nous quittons la Bolivie et ses merveilles pour nous rendre au soleil au Chili mais déjà sur la route nous attend un lot de consolation de taille : les paysages fabuleux du désert d’Atacama avec ses étendues de sel, ses lagunes, ses flamants roses et ses hauts volcans aux sommets enneigés.

C’est au milieu de ces paysages sublimes, au milieu de nulle part, à 3700 mètres d’altitude que se trouve la frontière. Si sortir de la Bolivie fut une formalité malgré les 15 bolivianos (2 CHF / 1.75€) de bakchich à payer, rentrer au Chili fut une autre paire de manche tellement les douaniers font preuve d’excès de zèle. Le contrôle minutieux des passeports, la fouille complète de tous les bagages et le passage du bus aux rayons X nous aura pris 3h45! Malgré toutes ces précautions, nous avons quand même réussi à passer illégalement un sachet de feuilles de coca que nous avions pris soin de planquer sous notre siège.

Après une petite escale à Calama, ville sans intérêt mais qui nous aura permis de changer nos premiers pesos et de nous restaurer, nous reprenons un bus de nuit jusqu’à Arica.

Arica est une petite ville située à l’extrême nord du Chili, dans le désert d’Atacama, au bord de l’océan Pacifique à une vingtaine de kilomètres de la frontière péruvienne.

Le Morro

Le Morro est un promontoire rocheux de 130 mètres de hauteur qui surplombe la ville. Sur son sommet se trouvent le Christ-Roi symbolisant l’amitié entre le Chili et le Pérou ainsi que la tombe du soldat inconnu. D’en haut, il y a une vue superbe sur Arica et ses environs.

La plage

Arica possède une longue plage de près de 7 km de long avec du sable fin rouge et noir et quelques spots de surf intéressants. Malgré cet attrait, Arica n’a pas cédé aux sirènes du tourisme balnéaire avec ses hôtels de luxe, le bétonnage de la côte et des discothèques ouvertes jusqu’au petit matin. Elle est restée une petite ville de province où la plage est utilisée surtout par la population locale et où il fait bon vivre.

Le port

C’est vraiment le coin le plus sympa de la ville avec ses bateaux de pêche colorés et ses marchés aux poissons. Le retour des pêcheurs est attendu avec impatience surtout par les mouettes, les pélicans, et même par des otaries qui espèrent aussi avoir leur part du gâteau.

Bonus!

L’avantage d’être de ce côté du continent c’est que l’océan se trouve à l’ouest. Et qui dit ouest, dit couchers de soleil!

Cette toute petite incursion au Chili fut pour nous une très bonne surprise. Si le passage en douane nous a un peu rebuté, pour le reste, ce n’est que du bonheur! Les gens sont chaleureux et, pour l’instant, c’est le pays où nous avons le mieux mangé depuis le début de notre périple. Nous avons profité de températures bien agréables, du soleil et de l’océan! Nous avons enfin pu, après trois mois d’attente, manger du poisson et des fruits de mer! Ce sera notre seule étape chilienne puisque nous continuerons au Pérou pour la suite, mais ça restera un très bon souvenir de voyage!

6 réflexions sur « Arica »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :