Alanya et ses environs

Nos aventures ferroviaires sont déjà terminées mais les trajets en bus sont tout autant confortables et le paysage depuis Konya est, encore une fois, pittoresque! Après cinq heures de voyage, une traversée des montagnes et un gain de plus de 10 degrés, nous voici enfin sur la côte méditerranéenne pour notre plus grand bonheur!

Non, ce n’est pas un lac, c’est bien la Grande Bleue!
Kleopatra Beach

Au premier abord, Alanya n’est qu’une quelconque station balnéaire avec ses alignées d’hôtels, de bars, de restaurants, de chaises longues et ses hordes de touristes russes. Mais elle se situe dans une baie protégée et pittoresque au pied des Monts Taurus

Il paraîtrait que la reine Cléopâtre herself est venue se baigner dans le coin d’où le nom de la plage. Elle a sûrement dû en profiter de se faire un gommage car le sable est vraiment grossier. En plus, le rivage est en pente, ce n’est pas vraiment idéal pour les longues promenades sur le sable que nous affectionnons tant. Par contre, l’eau est vraiment claire et la température est encore bien agréable pour la baignade, et c’est Van la Frileuse qui le dit! Et pour marcher, la municipalité a pensé à tout puisqu’elle a aménagé un long chemin piéton ainsi que des jardins en bord de mer, loin de la grande route et de son trafic.

La citadelle
Vue sur la Tour Rouge et l’ancien port

Evidemment, nous ne nous sommes pas arrêtés à Alanya uniquement pour la playa, mais également pour sa culture. Et puis, ce n’est pas parce-que nous ne sommes plus en Espagne que nous devons renoncer à notre petite grimpette du jour! Mais pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas grimper la colline, pas de panique, il y a un télécabine qui vous emmène au sommet! Nous, nous préférons y monter à pied, pas pour des raisons de budget car le prix est encore relativement raisonnable pour ce genre d’attraction (20 TL la montée soit 1,90€ ou 2,05 CHF et 39 TL l’aller-retour soit 3,75€ ou 4 CHF), mais pour le plaisir de faire travailler nos gambettes. La citadelle culmine à 250 mètres et le chemin d’accès est assez facile. Nous marchons à l’ombre des maisons du quartier à flanc de côteau d’Alanya et ensuite dans une magnifique forêt de pins, ce n’est donc jamais en plein cagnard. Déjà, la vue sur la ville et sur Kleopatra Beach est époustouflante

Si nous faisons abstraction des boutiques de souvenirs, la forteresse au sommet vaut amplement l’effort fourni! La muraille date du XIIIe mesure plus de 6,5 km de long en épousant le relief très escarpé de la colline. Ils ont dû rigoler pour construire tout ça à l’époque! Alanya appartenait au sultanat de Roum, le même que celui des mausolées de Konya, dont la ville était un avant-poste sur la Méditerranée. A l’intérieur de la citadelle il y a, outre les fameuses boutiques, un petit musée, une mosquée, quelques cafés et surtout, une vue à couper le souffle! Avec le temps ensoleillé et splendide que nous avons, la Grande Bleue est vraiment super calme et ressemble à un vrai lac sans la moindre petite vaguelette!

Le port et la Tour Rouge

Nous décidons de descendre la colline par l’autre versant, c’est-à-dire à l’est et nous avons trop raison car ce côté-ci est encore plus pittoresque qu’à l’ouest! Nous nous rendons mieux compte de la longueur des fortifications et la vue sur le port et sur les Monts Taurus est vraiment incroyable. La tour au pied de la citadelle fait partie de l’ensemble défensif, elle est juste plus emblématique à cause de sa couleur rouge. Dans le port, nous apercevons de magnifiques galions reconstitués. Ils sont utilisés comme discothèques flottantes pour touristes en mal de divertissements mais nous les trouvons tout de même assez majestueux.

Dim çayi

Nous profitons d’une météo superbe pour nous éloigner un petit peu de la mer (mais pas trop, hein! Juste huit petits kilomètres!) afin de découvrir l’arrière pays et de faire quelques pas. Le Dim çayi est un barrage (oui, en anglais ça fait Dim Dam!) de 134 mètres de haut construit en 2008 sur la rivière Dim afin de fournir de l’électricité à toute la région d’Alanya. Le lac de retenue au sommet du barrage nous offre un paysage magnifique au milieu de montagnes verdoyantes. Malheureusement, toute l’étendue d’eau est entourée par un grillage pour éviter tout accident et les piétons doivent rester sur la route. Au pied du barrage, dans la rivière, se trouvent ce qu’on appellent des « Piknik restaurants » avec des tables basses et des petits fauteuils qui rappellent l’ambiance d’un pique-nique tout en se faisant servir comme dans un restaurant. Nous trouvons le concept un peu kitch mais pas totalement dénué d’intérêt.

Pour y accéder depuis le centre-ville, il suffit de prendre un dolmuz, ce qui signifie minibus en turc même si à Alanya, ça s’apparente plus à un bus urbain.

Sidé

L’agora et l’amphithéâtre

Le système de transports public étant vraiment top et bien organisé en Turquie, nous parcourons les 64 kilomètres qui séparent Alanya de Sidé en dolmuz. Il faut juste effectuer un changement dans la petite ville de Manavgat.

Old town

Side possède un mini-centre historique même s’il a été bien « Disneylandisé » pour l’industrie touristique. Il est quand même tout mignon avec ses petites maisons ottomanes en bois même si les constructions nous rappelle un peu des chalets de montagnes. C’est fou, après des années à parcourir le monde et à prôner la tolérance et l’ouverture d’esprit, notre cerveau reste parfois tellement formaté pour certaines choses même si, ici, il ne s’agit que d’architecture. Elles ont bien le droit de profiter de la douceur méditerranéenne ces maisons-chalets, non mais! Une des particularité c’est que le sol d’une bonne partie du quartier est en verre afin de pouvoir observer les ruines de l’antique Sidé sous nos pieds.

Le site archéologique
L’amphithéâtre utilisé pour les jeux de cirque, datant du IIe siècle

Le site antique se situe sur un promontoire rocheux qui s’avance dans la mer Méditerranée. Ce ne sont pas les vestiges les mieux conservés que nous ayons vus mais le décor entre mer et champs d’oliviers vaut le coup d’œil. Se promener entre nature et vieilles pierres est bien agréable surtout que l’espace est grand, nous ne subissons jamais la foule. Quelques bas-reliefs sont encore visibles et nous pouvons en déduire qu’à Sidé, il y avait des sculpteurs hors pair!

On en sait très peu sur la fondation de la ville. On sait qu’elle prit de l’importance pendant l’empire achéménide, un empire perse qui couvrait tout le Golfe Persique ainsi que la Méditerranée orientale avant de se soumettre à Alexandre le Grand, donc à la Grèce antique en 333 avant Jésus-Christ. Elle déclina pendant l’Empire Romain avant de connaître un petit redressement à l’époque byzantine (V-VIe siècles). On y voit d’ailleurs les ruines des toutes premières basiliques chrétiennes. La cité a complètement été abandonnée pendant les raids arabes du VIIe siècle. Voilà pourquoi la conservation du site n’est pas optimale. Cependant, il y a encore des fouilles archéologiques en cours ainsi que des travaux de restauration sponsorisé par un gros complexe hôtelier du coin.

Temple d’Apollon

Le clou de la visite est le temple d’Apollon dont les vestiges dominent la mer Méditerranée. Il doit dater du règne d’Alexandre le Grand puisque, rappelons-le, Apollon faisait partie de la mythologie grecque. C’était le dieu des arts, du chant, de la musique, de la beauté masculine, de la poésie et de la lumière. Les habitants de Side devaient particulièrement aimer les arts s’ils lui ont dédié un temple dans le plus bel endroit de la ville! Athena (la déesse grecque de la guerre) devait également être appréciée puisque son temple y était construit à proximité mais il n’en reste presque plus rien aujourd’hui.

Autant Alanya que Sidé possèdent un musée archéologique. Ils ont l’air intéressant mais nous sommes tellement contents d’avoir du soleil et des températures estivales que nous n’avons pas vraiment envie de nous enfermer dans un musée!

Manavgat waterfalls

Vu que nous sommes dans le coin, nous profitons d’aller jeter un coup d’œil au cascades de Manavgat sur la rivière du même nom. Franchement, nous aurions pu nous en passer! Le coin a été aménagé rien que pour les touristes avec cafés et chaînes de fast-food à gogo et la cascade en elle-même n’est pas très impressionnante. Bon, il est vrai qu’après avoir vu Iguazu, il y a de quoi être blasé! C’est plutôt la clarté et la couleur de l’eau qui nous a fascinés.

Comme il n’y a que trois kilomètres jusqu’au centre ville de Manavgat, nous décidons de rentrer à pied plutôt que de reprendre le dolmuz. Nous longeons la rivière dans un endroit beaucoup plus sauvage. Nous sommes d’ailleurs seuls au monde. Si l’eau est vraiment belle, il est fortement déconseillé d’y nager, les courants sont vraiment forts et dangereux et accessoirement, l’eau est froide (Oui, Van a testé pour vous en y trempant sa main!) Nous marchons également à travers les champs d’oliviers et de grenadiers. Ces derniers regorgent de belle grenades mûrissant au soleil en cette saison.

Ce petit coin de Turquie nous aura donné de la nature, de la culture, de l’histoire, la mer, des températures estivales, des rencontres incroyables et des plats savoureux. Que demander de plus? Nous avons vraiment été enchantés par tout ce que nous avons vu, appris, ressenti ou goûté! Espérons que la suite nous donnera également quelques bonnes surprises….

Pour finir encore plus en beauté, voici un magnifique coucher de soleil sur la Méditerranée vu depuis Alanya!

3 réflexions sur « Alanya et ses environs »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :