Ephèse

Nous n’allions pas quitter la Turquie sans visiter au moins un des sites archéologiques de la côte égéenne! Nous avons choisi Ephèse, juste au feeling et aussi parce-que le site est super accessible depuis Izmir avec le Izban, le train de banlieue. En temps normal, c’est assez rapide mais notre train est tombé en panne et nous avons loupé notre correspondance. Nous avons dû attendre presque une heure sur le quai d’une gare d’un bled perdu. Heureusement, l’endroit était bien exposé au soleil et nous n’avons pas eu froid!

temple d’Artemis à Selçuk, enfin ce qu’il en reste!

Il est tout à fait possible de visiter Ephèse en une journée depuis Izmir. Comme nous avons trouvé un logement qui nous convenait, nous avons décidé de rester à Selçuk, la petite ville à côté du site archéologique, et ça s’est avéré être un bon plan! Nous vous expliquons pourquoi plus bas dans cet article.

La voie Arcadiane

Selçuk

Dormir à Selçuk était un bon plan car l’ambiance est mille fois plus cool qu’à Izmir! C’est une toute petite ville à une cinquantaine de kilomètres au sud d’Izmir et l’ambiance est assez tranquille entre les petites rues piétonnes et leurs cafés sympas. Quoique, nous ne sommes pas sûrs qu’en été l’ambiance soit aussi paisible. On y trouve déjà quelques ruines antiques dont les restes d’un aqueduc romain qui sert aujourd’hui de support pour les nids des cigognes.

Basilique St-Jean

Notre but du jour est de grimper à la citadelle sur la colline Ayasoluk. En chemin, nous tombons sur les ruines de la basilique St-Jean. Vu ce que nous voyons encore aujourd’hui, l’édifice devait être grandiose! Elle date du VIe siècle sous le règne de l’empereur Justinien et a été bâtie sur les restes d’une église antérieure de la fin VIe siècle. Elle a été édifiée sur l’emplacement de la tombe de Saint Jean, un des apôtres de Jésus qui a écrit un des évangiles de la bible. Le site est bien en ruines mais nous pouvons quand même deviner la nef, longue de 130 mètres pour 65 mètres de large ainsi que le baptistère sur le côté.

La mégalomanie dans les églises ne datant pas d’aujourd’hui, nous avons pu observer de superbes sculptures et mosaïques en marbre ainsi que des bas-reliefs magnifiquement ouvragés.

Nous aimons bien jouer aux apprentis archéologues et parfois ça paie! Il semblerait que nous avons fait la découverte du siècle! Nous avons vraisemblablement trouvé la cachette du vin de messe!

Trêve de plaisanterie. Il y a de vrais archéologues qui ont fait un sacré boulot d’investigation et qui ont tenté de reconstituer la basilique telle qu’elle devait être au temps de sa splendeur.

Nous ne sommes pas du tout religieux, bien au contraire, mais nous devons avouer que nous avons été pris par la spiritualité dégagée par le lieu, même si ce n’est plus qu’un champ de ruines.

La citadelle

La citadelle se situe au sommet de la colline d’Ayasoluk à l’endroit même où l’apôtre Jean aurait écrit son évangile. La forteresse date de l’empire byzantin (XIe siècle) puis a été agrandie et renforcée par les Seldjoukides à l’époque ottomane (XVe siècle). Les remparts extérieurs sont en très bon état grâce à leur restauration datant de 2011. A l’intérieur, il n’y a plus qu’une mosquée et une église en ruines.

Grimper sur la colline nous aura permis d’admirer la vue sur Selçuk et les montagnes aux alentours. Côté ouest, nous pouvoir voir la plaine qui ressemble à s’y méprendre à la plaine du Chablais! Mais ce que nous apercevons au loin n’est pas le lac Léman mais bien la mer Egée.

Ephèse

Ephèse se situe à trois petits kilomètres de Selçuk. Nous y avons été à pieds par une voie piétonne super facile, toute plate et c’est super bien indiqué. Il est également possible de louer un vélo et de s’y rendre par la piste cyclable, c’est tout aussi facile, plat et bien indiqué. Un autre moyen de s’y rendre est le dolmus (le minibus urbain) qui vous dépose directement à l’entrée du site.

Dormir à Selçuk était également un bon plan pour visiter Ephèse car nous sommes arrivés sur le site assez tôt le matin, avant la cohue des touristes et à un moment où la lumière était magnifique!

bas-relief de Niké, déesse de la Victoire

Ephèse est une des cités grecques les plus anciennes et les plus importantes d’Asie Mineure. Son temple d’Artemis, dont il ne reste à peine quelques ruines aujourd’hui, faisait partie des sept merveilles du monde! C’était la capitale de l’Ionie, une province de la Grèce antique qui correspond grosso modo à l’actuelle province d’Izmir. C’était un port important de la mer Egée, ce qui est un peu difficile à imaginer aujourd’hui car, au fil des siècles, des sédiments se sont accumulés et le rivage se trouve maintenant 8 kilomètres en contrebas.

L’emplacement du site d’Ephèse a toujours été connu puisqu’il a fait d’objet d’importantes documentations à travers les siècles. Cependant, des « vraies » fouilles archéologiques ont été entreprises en 1858 avec la construction de la ligne de chemin de fer et continuent encore aujourd’hui. Vu tous les tertres que nous avons pu apercevoir dans les alentours, nous soupçonnons fortement qu’une bonne partie de la cité reste à découvrir.

Dès notre entrée dans le site, nous sommes déjà subjugués par les paysages alentours composés des magnifiques montagnes Bülbüdagi (au nom un peu moins magnifique, on vous l’accorde!) ornées d’oliviers et de pins parasols.

Le théâtre

Peu après l’entrée du site nous commençons déjà très fort avec ce gigantesque théâtre construit entièrement en marbre à l’époque hellénistique! (vers le IIIe siècle avant JC) Ses dimensions sont impressionnantes : 145 mètres de large et 30 mètres de haut et une scène de 25 mètres sur 40! L’édifice pouvait accueillir jusqu’à 24’000 personnes! Un truc de ouf pour l’époque! Le monument est assez bien conservé et l’acoustique reste irréprochable.

L’Odéon

Ce théâtre semi-circulaire est bien plus modeste que le grand théâtre mais c’était voulu. Sa fonction principale était d’accueillir les séances du sénat. Il a été construit au IIe siècle grâce au financement d’une famille influente de la ville. L’édifice servait également à l’organisation de concerts privés destinés aux grands pontes d’Ephèse. Il pouvait tout de même accueillir jusqu’à 1500 personnes. Comme pour son grand frère, la conservation du bâtiment est encore assez bonne et l’acoustique toujours aussi parfaite.

Le souci du détail
Sarcophage sculpté de têtes de taureaux

Ce que nous aimons particulièrement faire lorsque nous visitons des sites antiques, c’est de partir à la recherche de petits détails ornementaux. Ephèse nous a gâtés à ce sujet! Il y a une quantité de sculptures, gravures, bas-reliefs, statues, textes écrits, etc, superbement conservés. Même si nous arrivons à déchiffrer l’alphabet grec, nous n’avons pas du tout étudié le grec ancien et nous n’avons absolument aucune idée de quoi les textes peuvent bien parler! Nous avons moins de peine en Europe de l’Ouest avec les inscriptions en latin… Mais ça ne nous a pas empêché d’être impressionnés par la qualité et la finesse du travail qu’effectuaient les sculpteurs à l’époque sachant que le tout date d’à peu près 2000 ans!

La bibliothèque de Celsus

Nous avons gardé le meilleur pour la fin! Cette merveille était la troisième bibliothèque la plus importante du monde antique après Alexandrie et Pergame. Pour nous, en tant que « book addicts » une bibliothèque est un lieu sacré et quand en plus, elle possède une superbe façade incroyable datant du IIe siècle, c’est carrément Noël! Bon l’histoire fait un peu moins rêver. En l’an 263, elle a été incendiée par les Goths, un peuple de barbares moitié germaniques, moitié scandinaves. Tous les livres, ou plutôt rouleaux à l’époque, sont partis en fumée, une vraie tragédie. La façade que nous voyons aujourd’hui est le résultat d’une anastylose, c’est-à-dire une reconstruction faite à l’aide des fragments trouvés sur place, datant des années 1970. Malgré tout, ça reste un édifice splendide qui vaut la peine qu’on s’y attarde.

Rencontre insolite

Comme vous le savez déjà, nous voyageons pour un tas de raisons mais surtout pour les rencontres avec les gens. Pour être honnêtes, ce n’est pas dans ce genre de site touristique que nous en faisons le plus. Mais il ne faut jamais dire jamais… Lors de notre arrivée dans le théâtre, nous avons eu la surprise d’entendre un petit groupe parler malais ou indonésien (les deux langues sont très similaires). C’est d’ailleurs grâce à ça que nous pouvons vous confirmer que l’acoustique du théâtre est top! Ayant eu de très bon contacts avec les Malaisiens et les Indonésiens lors de notre séjour en Asie du Sud-Est, nous n’avons pas pu nous empêcher d’aller les aborder. Et nous avons bien fait! Ces gens viennent d’Indonésie et ils sont plus que ravis d’échanger avec des Occidentaux. Nous avons passé un très bon moment. Evidemment, nous n’avons pas échappé au traditionnel selfie mais c’est un exercice auquel nous nous plions toujours avec plaisir.

Selçuk et Ephèse auront été un énorme coup de cœur en Turquie. (Encore un!) Nous qui sommes passionnés d’histoire, nous n’avons pas été déçus. Ephèse mérite amplement sa réputation et Selçuk ne devrait pas être qu’un simple lieu de passage pour se rendre au site archéologique.

Et ce n’est pas fini! D’après ce que nous avons pu étudier, la région regorge de petits trésors de ce genre! Nous n’aurons malheureusement pas le temps de tout voir cette fois-ci, mais nous allons quand même nous y attarder pour en découvrir un peu plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :