Osuna, le coeur de l’Andalousie

La province de Séville n’a aucun village sous l’appellation officielle « pueblos blancos », c’est à dire, les fameux villages blancs. Pourtant, elle possède également quelques petits trésors perdus dans sa campagne. C’est le cas de la petite ville d’Osuna que nous allons vous faire découvrir dans cet article.

Osuna se situe presque au coeur géographique de l’Andalousie au milieu des champs d’oliviers et la fabrication d’huile d’olive reste sa principale ressource économique. Le paysage qui l’entoure est le cliché parfait de la carte postale du sud de l’Espagne. Elle se trouve à un carrefour stratégique de voies de communication et est facilement accessible par la route ou par le train sur la ligne SévilleMalaga. Nous avons choisi ce dernier moyen de transport pour nous y rendre, déjà par conviction écologique et puis parce-que nous avons reçu des points RENFE (les chemins de fer espagnols) que nous devons utiliser avant la fin de l’année. Nous n’avons pas besoin d’excuse pour partir en vadrouille mais puisque la RENFE a décidé de se montrer généreuse, ce serait bête de ne pas en profiter!

Le Centre historique

Le centre historique date de ce qu’on appelle la Renaissance sévillane. C’est la période qui coïncide avec la conquête du Nouveau Monde (XVIe siècle) et qui a apporté beaucoup de richesse à la ville de Séville, alors siège des colonies, et à sa région. Rien de bien nouveau par rapport aux autres localités andalouses : ce sont toujours les maisons blanchies à la chaux, des édifices religieux et quelques détails baroques. Mais, c’est toujours autant joli et c’est toujours un plaisir de déambuler dans les petites ruelles et de découvrir des détails architecturaux ou de discuter avec les anciens du villages qui sont de vraies encyclopédies vivantes.

Plaza Mayor

Elle est plutôt petite pour une Plaza Mayor (littéralement Grand-Place) mais elle contient quelques-uns des édifices les plus emblématiques d’Osuna. Parmi eux, le couvent de la Concepcion, l’Ayutamiento (la mairie) et ses arcades ainsi que le casino de style architectural moitié andalou, moitié art-nouveau. De là, on peut apercevoir la collégiale qui domine toute la place depuis la ville haute.

Calle San Pedro

Du XVIe au XIXe siècle, la ville était dirigée par les ducs d’Osuna, une famille noble très importante en Espagne, et accessoirement très riche. Lors de la Renaissance, il firent construire la calle San Pedro, une rue bordée d’édifices andalous aux détails architecturaux baroques. Ce n’est pas si original pour l’Andalousie nous direz-vous. Sauf que là, ils se sont vraiment lâchés sur le baroque. Tout le faste des villes comme Florence ou Vienne se retrouvent sur quelques bâtiments dans une ruelle au milieu de la campagne sévillane! C’est certes très joli mais quand même un poil chargé parfois. Il y a même la Giralda de Séville qui s’est incrustée dans le décor. Saurez-vous la retrouver dans la galerie ci-dessous?

La ville haute

On l’appelle ville haute car le quartier surplombe un peu le centre historique mais dans les faits, nous sommes dans une plaine bien plate juste arrondie par quelques petites collines. Donc la grimpette pour y accéder s’apparente plus à du faux plat qu’à une vraie montée, c’est vraiment accessible à tous. Les ducs d’Osuna ont profité de ce vague relief à l’époque pour édifier quelques bâtiments emblématiques symbole de leur pouvoir et de leur richesse. On y trouve également les traces d’un passé plus ancien comme l’ancienne muraille romaine, l’ancien château médiéval ou un ermitage mais il n’en reste que de vagues ruines. Il y a également un théâtre romain mais nous n’avons pas pu y accéder parce-que c’était tout simplement fermé. Visiter Osuna un lundi hors saison n’était peut-être pas l’idée du siècle.

Iglesia Colegial de Nuestra Señora de la Asunción

C’est ce mastodonte un peu austère qui domine la Plaza Mayor dans le centre historique. Cet édifice date du XVe siècle, comme la plupart des bâtiments de la ville, mais est construit sur l’ancienne église du château qui avait été détruite par un incendie deux siècles auparavant. Si l’extérieur reste très sobre, il paraît que l’intérieur regorge d’œuvres très baroques d’artistes locaux toutes plus belles les unes que les autres. Mais là aussi nous sommes tombés sur un jour de fermeture. Fun fact : quelques scènes de la cinquième saison de la série Game of Thrones ont été tournée dans l’enceinte de la collégiale. Le musée d’Osuna situé dans le centre historique dédié une de ses salles à une exposition très intéressante sur le tournage de la série dans la ville.

L’Université d’Osuna

Osuna était prospère grâce notamment à la culture des oliviers mais souffrait un peu de sa réputation rurale et paysanne vis à vis de Séville, plus citadine et érudite. En 1548, on décida donc de fonder une université, grâce aux deniers des ducs d’Osuna, pour montrer à la grande ville que les paysans d’Osuna avaient également un cerveau! Le bâtiment a été intégralement construit à cet usage même si les deux minarets peuvent laisser penser à un héritage de la période musulmane. Malgré la Reconquista, il était de bon goût à l’époque d’orner les nouvelles constructions de détails piqués à l’architecture mudéjare. L’université était très prestigieuse et même Cervantes, l’écrivain espagnol le plus connu, en parle dans quelques-unes de ses œuvres. Elle a accueilli des milliers d’étudiants pendant près de trois siècles avant de fermer définitivement ses portes en 1824 où tout l’enseignement supérieur a été centralisé dans les capitales provinciale. En 1995, elle a finalement réouvert ses portes et accueille les facs de commerce et des sciences de la santé de l’université de Séville.

Hors de la ville

Si vous avez un peu de temps, il vaut la peine, depuis la ville haute, de sortir de l’urbanisation et de se promener sur les sentiers alentours. Ce sont des balades très facile et c’est presque à plat. Avec les champs d’oliviers, c’est LA carte postale typique de l’Andalousie rurale.

La nécropole

Nous allons être honnêtes. Si ce n’était pas indiqué, nous n’aurions jamais deviné que ce site est une ancienne nécropole car l’état de conservation n’est pas top. Les archéologues y ont découverts des objets appartenant indubitablement à l’Epoque Romaine même si certains signes laissent à penser que la nécropole a également été utilisés par leurs successeurs, les Wisigoths. Le site ne serait qu’un petit aperçu de tout un complexe funéraire qui n’a pas encore été découvert.

Coto de las Canteras

Les locaux appellent ce site la Petra de l’Andalousie. Cette comparaison nous paraît un peu surfaite mais comme nous n’y avons pas encore été, nous serons obligés de nous rendre en Jordanie dans le seul but de vérifier cette information. (Arf, l’excuse à deux balles!) En fait, ce sont des carrières dont la pierre a été extraite au fil des siècles pour construire les différents édifices de la ville d’Osuna. Elles ont été actives depuis l’époque des Ibères jusqu’au milieu du XXe siècle. Le bâtiment administratif des carrières avait été construit dans la roche tel une maison troglodytique. Il se visite mais uniquement le week-end.

L’extraction de la roche a laissé un superbe paysage sur le versant des collines du piémont sub-bétique. Avec cette roche couleur ocre, ce paysage taillé au burin et ces cactus, nous aurons plus tendance à comparer tout ça à l’Arizona plutôt qu’à la Jordanie, mais ce n’est qu’un avis personnel. Quoiqu’il en soit, c’est une très jolie balade à faire à pied depuis Osuna.

Même si le relief n’est pas très élevé, monter ces petites collines nous permet quand même de profiter d’une jolie vue sur Osuna et ses champs d’oliviers. Malgré un climat très doux, l’automne est quand même là et le soleil a parfois tendance à se cacher derrière une belle couche nuageuse rendant les photos un peu tristounettes.

Si vous voulez voir le cœur de l’Andalousie, Osuna est une très bonne option. Elle a gardé son caractère très terrien, très rural tout en étant très accueillante envers les visiteurs de passage. Une bonne grosse journée de visite peut suffire, il faudrait en ajouter une deuxième pour bien se promener dans les alentours. Ce fut encore un gros coup de cœur pour nous, c’est une ville très accessible qui a beaucoup à offrir tout en étant légèrement en dehors des grandes routes touristiques. C’est un endroit que nous recommandons chaudement!

%d blogueurs aiment cette page :