Huesca et Canfranc

Zaragoza est une superbe ville mais la région Aragon a beaucoup d’autres choses à offrir. Nous n’aurons pas le temps de tous les découvrir car nous planchons déjà sur nos projets estivaux qui sont, pour l’instant, assez prometteurs mais il y a déjà quelques pépites facilement accessibles que nous avons été explorer.

Un magnifique artefact dans le centre-ville de Huesca

Huesca

Place de la cathédrale

Rejoindre la petite ville de Huesca depuis Zaragoza, c’est facile. C’est accessible en une petite heure de train depuis la capitale régionale. Par contre, ce n’est pas le trajet le plus bucolique qui soit : c’est affreusement plat et il y a une énorme zone industrielle qui semble ne jamais vouloir prendre fin. Peu à peu, l’urbanisation laisse place à d’immenses champs de blé à perte de vue. Apparemment, la province de Huesca est le grenier à blé de l’Espagne. On se croirait plus dans les plaines du Midwest qu’à quelques encablures des Pyrénées.

Huesca est une petite ville encore située dans la plaine de Zaragoza mais d’où on peut déjà apercevoir les premiers versants des Pyrénées. La population locale n’est pas plus chaleureuse que dans la capitale. Ma foi, c’est le nord. Voilà, passer pour des touristes en Espagne pour cause de « trop du sud » ça c’est fait. Mais ce n’est de loin pas le pire : il fait plus de 35 degrés, il y a une vrai torpeur estivale et l’heure de la sieste n’est même pas respectée! WTF??

Plaza Universidad
Centre historique

Malgré sa mentalité un peu bizarre, Huesca possède un magnifique centre historique. On y retrouve toujours ces hautes maisons aux fenêtres rectangulaires mais le cœur de la ville est resté très médiéval. Contrairement à Zaragoza ou d’autres villes d’Aragon comme Teruel, il n’y a pas d’art mudejar à Huesca car la période arabe a duré moins d’un siècle. La ville est assiégée par Louis le Pieux, roi d’Aquitaine et fils de Charlemagne dès l’an 797 déjà avant d’être conquise, en 1096, par Pierre Ier d’Aragon qui en fit la capitale du premier royaume d’Aragon élargi.

Nous avons été frappé par le nombre d’églises alors que la ville n’est vraiment énorme! Nous avions fait le même constat à Orihuela tout au sud de la Communauté Valencienne mais là-bas les gens ont l’air de s’en ficher comme de leur première paire de chaussettes tandis que dans la région le catholicisme a l’air d’être beaucoup plus respecté. Nous n’avons pas de preuve formelle pour étayer notre théorie, c’est juste une forte impression, mais ça pourrait expliquer la mentalité un peu plus fermée des Aragonais. Tout ce que nous avons trouvé à ce sujet est le fait que les rois d’Aragon sont surnommés « Rois Catholiques ». Ceci est dû au fait que ce sont eux qui ont initié la Reconquista qui a chassé les Arabes de la péninsule ibérique ou qui les a forcé à se convertir au christianisme et qui a permis à l’Espagne de redevenir catholique.

Cathédrale Seo de Santa Maria

Le clou du spectacle d’une visite à Huesca est indubitablement la cathédrale. Elle se situe au sommet d’une petite colline sur la Plaza de la Catédral (sans blague!) et a été construite entre les XIIIe et XIVe siècles dans le plus pur style gothique. Architecturalement, les deux plus grandes villes d’Aragon se complètent bien : Zaragoza la baroque mudéjar et Huesca la gothique!

Huesca est une jolie petite étape en Aragon et nous avons adoré son caractère encore très médiéval. Une petite journée de visite suffit amplement surtout que la ville est bien desservie depuis Zaragoza.

Canfranc

L’ancienne gare internationale et les sommets pyrénéens

Vu que nous avons déjà effectué un sacré trajet en direction du nord et que nous nous sommes approchés des Pyrénées, autant pousser le vice encore plus loin! Surtout qu’il y a une superbe ligne de chemin de fer depuis Huesca qui traverse des paysages somptueux dont les Mallos de Riglos, d’impressionnantes formations géologiques qui dateraient d’il y a 23 millions d’année et dont nous avons essayé d’en faire une vidéo potable sur nos stories instagram. Le trajet dure 2 heures 30 depuis Huesca, respectivement 3 heures 30 depuis Zaragoza mais le temps passe vite à regarder par la fenêtre. Nous en avons fait des voyages en train dans notre vie mais celui-là mérite une jolie place dans notre top 5 des trajets les plus bucoliques!

Superbe paysage pyrénéen en direction de Somport

Canfranc est située au cœur des Pyrénées, tout au nord de l’Aragon à quelques encablures de la frontière française située 7 kilomètres plus haut sur le col de Somport, ou au milieu du tunnel routier qui passe sous la montagne. C’est une station de montagne typique avec ses maisons en pierre et ses bâtiments pour colonies de vacances mais qui dégage tout de même une ambiance de bout du monde. Perché à 1200 mètres d’altitude, le village bénéficie d’un climat assez doux malgré sa situation en fond de vallée. Ceci est dû à sa situation sur le versant sud de la chaîne de montagne.

Gare internationale de Canfranc

Ce superbe bâtiment néoclassique aux dimensions hors norme est l’ancienne gare internationale de Canfranc. C’était le point frontière sur la ligne ferroviaire Pau – Zaragoza. Le bâtiment de la gare est aussi grand que la gare Saint-Lazare de Paris mais se trouve dans un bled perdu au fin fond des Pyrénées. La ligne a été inaugurée en 1928 mais a atteint son apogée au début des années 1940 à la réouverture de la frontière franco-espagnole car les gares frontières d’Irun (côté Atlantique) et de Port Bou (côté Méditerranée) ont été détruites durant la Guerre Civile Espagnole. Une intense activité du trafic marchandise a eu lieu pendant la Deuxième Guerre Mondiale pour le transport de minerai de fer et de tungstène depuis une Espagne « neutre » pour l’Allemagne nazie. En échange, les Allemands envoient de l’or aux Espagnols. La ligne est aussi utilisée par des Juifs et des Résistants fuyant la France.

Le trafic des voyageurs n’a jamais vraiment connu de grand succès. Le trajet était long et il fallait obligatoirement changer de train à Canfranc à cause des formalités douanières et la différence d’écartement des rails entre la France et l’Espagne. Ce dernier à son propre écartement qui pose encore parfois quelques problèmes aujourd’hui malgré les travaux de mise aux normes européennes pour les lignes à grande vitesse.

La ligne transfrontalière a définitivement été fermée côté français en 1970 après un accident de train provoquant la destruction d’un pont près du village de Lescun. Aujourd’hui, divers riverains excédés par le trafic de camions et associations réclament une remise en service de la ligne. Mais s’il y a bien un gros défaut de la France au niveau ferroviaire, c’est de s’en foutre complètement des petites lignes régionales. C’est vraiment dommage car il y aurait un vrai potentiel touristique.

Côté espagnol, la ligne est toujours en service même si ce n’est que pour deux trains par jour. Le bâtiment de la gare est, quant à lui, en plein chantier de rénovation, d’où nos photos bien pourries, sorry… A terme, il devrait accueillir un hôtel de luxe ainsi qu’un petit musée retraçant l’histoire de la ligne. Les Espagnols ont toujours espoir de voir le trafic transfrontalier reprendre un jour.

Tunnel ferroviaire de Somport

C’est dans ce tunnel que les trains franchissaient la frontière franco-espagnole lors de l’exploitation de la ligne ferroviaire Pau – Zaragoza. Il a été achevé en 1915 soit 13 ans avant l’inauguration de la ligne et est encore en état de fonctionnement aujourd’hui.En attendant une hypothétique réouverture de la ligne ferroviaire, il constitue le tunnel d’évacuation et de secours pour le tunnel routier de Somport.

Si vous regardez attentivement le bas relief situé en dessus de l’entrée du tunnel, vous pouvez remarquer qu’il a l’air de manquer quelque-chose entre les deux lions. Ce n’est pas qu’une impression! Il y avait, à cet emplacement, un bouclier orné de l’aigle de Saint-Jean symbole de l’Espagne franquiste. Même si Franco est mort en 1975 et son régime fasciste avec, son emblème n’a été enlevé qu’en 2019!

Côté nature

Nous ne nous sommes quand même pas farci sept heures de train aller-retour juste pour une gare! Quoique pour Fab l’argument ferroviaire aurait suffi. Nous sommes dans les Pyrénées et sur le chemin de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle autant aller voir ce que la nature nous réserve. Nous qui avons grandi dans les Alpes, il nous semble logique de voir des pins et des sapins à cette altitude. Oui, il y en a mais plus haut et pas en majorité. Nous traversons plutôt une superbe forêt de feuillus qui déploie de jolies couleurs vert tendre du printemps.

Les bunkers de Franco

Lors de notre petite rando, nous sommes tombés sur plusieurs bunkers qui ne datent pas, comme on pourrait le supposer, de la Guerre Civile Espagnole (1936-1939) mais de juste après, dans les années 1940! Les bunkers de Canfranc font partie d’une large ligne de défense de près de 2000 édifices qui court tout le long des Pyrénées. Officiellement, le général Franco, le dictateur sanguinaire et complètement taré qui a malheureusement gagné la guerre civile, craignait une invasion des Allemands. En réalité, il craignait surtout des troupes anti-franquistes exilées qui se serait formées et organisées de l’autre côté de la frontière. Finalement, la menace s’est avérée inexistante et ces bunkers n’ont jamais été utilisés. Ils ont néanmoins été scrupuleusement entretenus jusque dans les années 1960 puis laissés à l’abandon à la merci de la végétation. C’est un incendie de forêt dans les Pyrénées catalanes en 2012 qui a permis de redécouvrir certains bâtiments. D’autres ont ensuite été mis à jour dans un but purement touristique et historique.

Nous savons que l’Espagne regorge d’histoire dans n’importe laquelle de ses régions mais nous ne nous attendions pas à en trouver une aussi fascinante dans une vallée presque perdue des Pyrénées. Et nous n’avons fait que de la survoler! Canfranc est un endroit vraiment idéal pour ceux, comme nous, qui aiment mixer la nature avec des visites culturelles.

Zaragoza

Nous avons osé!! Nous nous sommes éloignés de plus de 15 kilomètres de notre chère Méditerranée! Certes, nous nous languissons déjà de notre belle bleue mais nous sommes super contents de reprendre nos sacs quelques jours et de partir à la découverte de quelque-chose de nouveau!

Souvenez-vous, il y a presque deux ans, quand nous avons débarqué en Espagne en pleine épidémie de Covid, nous avons emprunté la ligne de train qui parcourt la vallée de la Palancia pour aller découvrir les régions de Segorbe et de Jerica. Le train en question traverse ensuite la communauté autonome d’Aragon jusqu’à Zaragoza, sa capitale. Mais à l’époque, l’Aragon était en rouge au niveau épidémique et nous avons dû nous contenter de notre belle Communauté Valencienne. Nous nous étions alors fait la promesse de nous rendre une fois jusqu’au terminus. Et comme les promesses sont faites pour être tenues, nous avons pris nos sacs à dos et des billets de trains et sommes partis à l’aventure. Voilà comment nous est venue l’idée d’aller traîner nos baskets à Zaragoza.

NB : Si vous voulez voir à quoi ressemble le paysage depuis le train, rendez vous sur notre page Instagram sous l’onglet « Trip to Aragon » afin de visionner nos petites vidéos.

Le pont de pierre sur le Rio Ebro

Zaragoza est la cinquième ville d’Espagne et sûrement la mieux située du pays. Elle se trouve exactement à mi-chemin entre Madrid et Barcelone, les deux grandes métropoles espagnoles et profite économiquement de sa situation privilégiée. Elle est traversée par l’Ebre, le deuxième plus long fleuve du pays.

L’Ebre, le pont de pierre datant du XVe siècle et le clocher de la Seo.

Centre historique

Le marché et ce qui reste des murailles romaines

Zaragoza a une histoire très riche qui remonte à la période des Ibères, les hommes de l’âge de Bronze de la péninsule ibérique. Puis, comme à peu près partout en Espagne, les Romains sont arrivés puis les Wisigoths avant de céder la place aux Arabes. Zaragoza a même eu droit à son propre taïfa (royaume musulman) créé lors du délitement du califat de Cordoba. Il en reste aujourd’hui de superbes vestiges de l’architecture mudéjar qui sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Pour rappel, mudéjar est le style architectural des Arabes de la péninsule ibérique.

architecture mudéjar

Mais l’histoire ne s’arrête pas là! Le royaume d’Aragon, qui occupe à l’époque le territoire des Pyrénées un peu plus au nord, songe sérieusement à s’étendre vers le sud et chasse progressivement les Arabes de la région. C’est le début de la Reconquista, c’est à dire la reconquête catholique de la péninsule ibérique. C’est une période faste pour Zaragoza qui devient capitale du royaume. Le sang noble des rois d’Aragon est d’ailleurs très recherché. Le roi Ferdinand II d’Aragon a, en épousant Isabelle de Castille, scellé une alliance posant les bases de l’actuel royaume d’Espagne. Mais ce n’est pas tout, on retrouve la lignée des Aragon dans la monarchie du Portugal (quand c’en était une) et même chez les Tudor, la maison royale anglaise du XV au XVIIe siècle. Voilà, en très résumé la fastueuse histoire de Zaragoza.

Basilique Santa Engracia du XVIe siècle

De toute cette histoire, il en reste quelques vestiges. On les trouve dans le centre historique que nous trouvons un peu modeste pour une ville de cette importance. Surtout qu’en dehors des vieux quartiers, Zaragoza est assez moche, l’affreuse décennie architecturale des années 1970 n’a pas défiguré uniquement le littoral méditerranéen, toute la péninsule y a eu droit! On y trouve des maisons colorées aux hautes fenêtres rectangulaires typiques du centre-nord de l’Espagne. Il est vraiment agréable de s’y perdre à l’ombre de ses ruelles pendant la torpeur estivale. Gros point positif : tout est presque entièrement piéton!

Plaza del Pilar

Nous en avons vu des places mais celle-ci est vraiment impressionnante! C’est une des plus grandes places piétonnes d’Europe et sûrement du monde car le concept de zone piétonne reste très européen. Elle n’est pas très large mais impressionne plutôt par sa longueur. Elle est entourée de la cathédrale du même nom, de la mairie, de la cathédrale de la Seo ainsi que du musée consacrée au peintre Francisco Goya, un enfant du pays.

Cathédrale Notre-Dame du Pilar

Cette superbe basilique baroque a été construite entre le XVIIe et le XVIIIe siècle et est consacrée à la Vierge du Pilar qui est la patronne de la Guarda Civil (le corps national de gendarmerie) et de l’hispanité. (tout ce qui se rapporte à la langue et à la culture espagnoles) Elle est super impressionnante même si elle ne fait pas partie des plus grandes cathédrales d’Espagne. (la plus grande se trouve à Séville , juste pour la petite info). Elle paraît énorme car elle se situe sur une grande place bien dégagée, ce qui n’est pas très courant en Espagne. Nous, on adore les coupoles garnies de tuiles colorées.

Pour bien observer la cathédrale, il est sympa de se rendre sur le pont de pierre ainsi que sur la rive gauche de l’Ebre. De l’autre côté de la rivière, le quartier est super moche mais la promenade est sympa sous l’ombre bienvenue des arbres et donne un point de vue vraiment joli sur la basilique.

Catedrale de la Seo

Son nom complet est la cathédrale du Saint-Sauveur mais on la surnomme affectueusement la Seo. Contrairement à la basilique du Pilar qui a été construite entièrement par les rois catholiques, la Seo a été érigée sur l’ancienne mosquée du XIIe siècle, comme c’est souvent le cas en Espagne. A première vue, elle a tout de l’église classique avec sa superbe façade baroque et son clocher typiquement aragonais. Mais en se rendant du côté de la façade orientale, nous découvrons de magnifiques décorations de style mudéjar. Le contraste entre les deux styles architecturaux est stupéfiant mais d’un charme incroyable. Elle est située à l’extrémité de la place du Pilar et fait office de « frontière » entre le centre historique et le quartier de la Magdalena.

Euh Van et Fab, vous avez fumé la moquette ou quoi? Vous nous avez présenté deux cathédrales!

Non, nous n’avons pas fumé la moquette, ni autre substance illicite d’ailleurs et nous ne sommes pas encore complètement séniles. Zaragoza est bien la seule ville au monde à posséder deux cathédrales! En gros, ça date de l’époque de la Reconquista. La basilique du Pilar a été construite par les catholiques comme lieu de culte et a été consacrée cathédrale de la ville. Pour la Seo, c’est lors de sa transformation de mosquée en église catholique qu’elle a été consacrée comme cathédrale. Et comme il n’y avait qu’un administrateur pour gérer les deux églises, personne n’y a rien trouvé à redire. La situation est restée telle quelle jusqu’à aujourd’hui et rien n’est prévu à l’avenir pour changer le statut d’un des deux édifices.

La Magdalena

Le barrio de la Magdalena est le vieux quartier populaire de Zaragoza. Il n’est pas aussi propret que le centre historique mais il est plein de charme et, contrairement au reste de la ville, il possède une âme. C’est également dans ce quartier que se trouvent les tavernes servant des tapas typiques d’Aragon. En son centre, trône la jolie petite église de Santa Maria Magdalena avec son superbe clocher de style mudéjar mais, comme beaucoup de vieux quartiers, les ruelles sont trop étroites pour qu’on puisse observer l’édifice à sa juste valeur.

Palais de l’Aljaferia

On dirait presque un château de dessin animé avec ces petites tourelles toutes mignonnes. Pourtant, ce palais du XIe siècle est le témoignage de la splendeur du taïfa de Zaragoza. Nous pouvons bien deviner l’architecture arabe qui nous rappellent certains forts du sultanat d’Oman. Tout n’est pas d’origine, l’édifice ayant été l’objet d’une énorme restauration durant le XXe siècle, mais la visite vaut le détour pour les vestiges architecturaux arabes puis aragonais que nous pouvons observer à l’intérieur.

Aujourd’hui, le palais abrite le parlement d’Aragon donc il n’est pas possible de le visiter durant les sessions parlementaires ou lors de visites de personnalités politiques. La meilleure façon d’assurer votre visite est de la réserver sur internet sous ce lien. Le ticket (5€) se paiera quand même au guichet d’entrée mais au moins vous serez sûrs de pouvoir accéder au palais.

Le patio mudéjar

Dès l’entrée, nous entrons dans le monde magique des Mille et Une Nuits grâce à ce superbe patio aux colonnes d’architecture typiquement mudéjare. En son centre, il y a quelques orangers qui subissent bravement le climat parfois rude de l’hiver aragonais. Le coin sud-est possède une petite mosquée orientée en direction de la Mecque.

Palais des Rois Catholiques

Au XVe siècle, les rois catholiques agrandirent le palais déjà existant dans un pur style médiéval tardif. Les pièces sont beaucoup plus épurées que le patio mudéjar. C’est ce que nous disions avant de lever la tête et de découvrir les plafonds les plus fous que nous ayons jamais vu! Aujourd’hui, cette partie de l’édifice est dédié au parlement.

Comme nous l’avons déjà mentionné, le palais de l’Aljaferia est le siège du parlement d’Aragon. Mais quelle ne fut pas notre surprise en découvrant que l’hémicycle était ouvert et que les visites y étaient autorisées. Certes, ce n’est pas la Moncloa (le palais présidentiel à Madrid) mais c’est quand même la salle où se prennent les décisions pour toute la communauté autonome d’Aragon! Ce n’est pas rien! C’est la première fois que nous avons la possibilité de visiter un hémicycle de ce genre et ça ne doit pas être très courant car les autres visiteurs dans la salle étaient tout autant hallucinés que nous d’avoir pu y accéder!

La superbe tapisserie sur la paroi de l’hémicycle représente les armoiries d’Aragon.

Rio Ebro

Le pont de pierre enjambant le Rio Ebro

Zaragoza est traversée par le Rio Ebro, ou Ebre en français. La ville était d’ailleurs un important port fluvial durant l’Epoque Romaine quand les embarcations étaient encore assez petites pour pouvoir naviguer sur le fleuve. Aujourd’hui, la navigation est impossible sauf en canoé. L’Ebre est le deuxième plus long fleuve du pays après le Tage mais vient en première position pour un fleuve se situant entièrement sur sol espagnol, le Tage traversant une partie du Portugal. Il prend sa source dans les montagnes de Cantabrie et traverse le nord de la péninsule ibérique d’ouest en est avant de se jeter dans la Méditerranée au sud de la ville de Tarragone dans une magnifique zone naturelle du delta de l’Ebre que nous avons mis sur notre looooooooongue liste de choses à voir.

Dans le centre-ville, une partie des rives de l’Ebre sont laissées plus ou moins à l’état naturel et sont un endroit privilégié pour la nidification de plusieurs espèces d’oiseaux.

Zaragoza est une très belle ville riche en culture, en architecture et en histoire. Nous vous recommandons chaudement une visite culturelle dans le coin. Par contre, si vous cherchez la chaleur espagnole des gens, passez votre chemin et privilégiez les villes méditerranéennes. Ici c’est le nord! La population locale n’est pas souriante, avenante, bienveillante et chaleureuse comme c’est le cas plus au sud. Nous avons débarqué avec notre exubérance et notre joie de vivre à la Valencienne et avons vite été refroidis. Nous avons vraiment l’impression d’arriver comme un cheveu dans la soupe et d’être pris pour des extra-terrestres. Ce qui nous a un peu rassuré, c’est de remarquer que les autres touristes du « sud » ont exactement le même problème que nous!

Malgré ce bémol, nous sommes quand même contents d’avoir découvert un autre coin d’Espagne et d’avoir appris un autre pan de son histoire.

%d blogueurs aiment cette page :