Bilan de l’Argentine

Après plus de 2 mois passés dans ce pays, voici notre traditionnel bilan.

  • Durée du séjour : 68 jours, soit 9 semaines et demies, un peu plus de 2 mois.
  • Budget67’034 ARS (3210 CHF / 2766€) soit 987 ARS par jour (47 CHF/ 40,6€). Nous avons atteint notre objectif de ne pas dépasser les 50 CHF par jour mais c’est grâce à nos divers volontariats
  • Distance parcourue :  8264 kilomètres, de Puerto Iguazu à Buenos Aires, puis de Libertador San Martin (frontière uruguayenne) –CordobaCosquin – Cordoba – Buenos Aires – Puerto  Madryn – Péninsule Valdés – Puerto Madryn – Buenos Aires – Salta – Cafayate – quelques kilomètres aux alentours de Salta – La Quiaca (frontière bolivienne). Le tout en bus, train, minibus et voiture de location.
  • Provinces traversées : 13 (Missiones, Corrientes, Entre Rios, Buenos Aires, district fédéral, Santa Fe, Cordoba, Rio Negro, Chubut, Santiago del Estero, Tucuman, Salta et Jujuy).
  • Extrêmes d’altitude : – 35 mètres (oui vous avez bien lu le signe moins!) dans les dépressions salines de la péninsule Valdés et 3442 mètres à La Quiaca à la frontière bolivienne.
  • Extrêmes de températures : 18 degrés sous un vent du sud-ouest glacial sur la péninsule Valdés et 39 degrés lors de la canicule à Buenos Aires.
  • Volontariat : 3 (« faiseurs d’ordre » dans une résidence étudiante à Cordoba, récolte de lavande à Puerto Madryn et réceptionnistes à Salta).

Comme d’habitude nous commençons par ce que nous avons le moins apprécié.

Les moins

  • L’argent : une vraie galère en Argentine. Le coût de la vie est exorbitant et retirer de l’argent est digne du parcours du combattant. Il n’est pas rare de devoir attendre 45 minutes pour atteindre un distributeur qui a de fortes chances de se retrouver en rupture de stock de liquide. Nous avons payé jusqu’à 185 ARS (8.80 CHF / 7.60€) de frais de retrait perçus directement par l état argentin. (merci la corruption!) et les plafonds s’élèvent à 2000 ARS (95.80 CHF / 82.50 €), 3000 ARS (143.70 CHF / 123.80 €) si on a de la chance. Une façon de contourner tout ça est d’utiliser la carte de crédit qui nous prend une commission dérisoire mais, évidemment, la plupart des établissements et des attractions touristiques n’acceptent que le cash. Nous en avons plusieurs fois perdu notre latin et surtout notre patience!
  •  La pampa : c’est tout plat, c’est monotone et ça dure sur des centaines et des centaines de kilomètres. Inutile de vous dire que nos longs trajets en bus n’ont pas été très passionnants.
  • La pollution à Cordobac’est dommage car la ville est assez sympa mais avec la chaleur et le manque d’air, la pollution stagne sur la ville est c’est difficilement supportable.
  • La non-conscience écologique : nous ne voulons pas jouer les moralisateurs car nous sommes bien conscients de ne pas être de bons petits écolos même si nous essayons de limiter notre empreinte carbone au maximum mais pour un pays du niveau de l’Argentine le je-m’en-foutisme écologique nous a quand même interpellé. Il n’y a aucune énergie renouvelable, les gens possèdent des pick-ups 4×4 super polluants sans en avoir une réelle utilité, les lignes de train se désaffectent peu à peu au profit de la route, le tri des déchets est inexistant, etc… La faute notamment à un gouvernement corrompu jusqu’à la moelle qui se soucie plus de toucher des pots de vin que de sauver la planète ainsi qu’à un accès trop aisé au pétrole grâce aux réserves du sous-sol patagonien.

On a kiffé!

  • Leur façon de parler espagnol : une fois que nous nous sommes faits à leur prononciation en « ch » et aux quelques termes qui changent du castillan de base, ce n’est que du bonheur! A part les Porteños qui parlent un peu plus rapidement, les Argentins parlent lentement avec un accent chantant et un langage raffiné, de quoi faire passer les espagnols pour des ch’tis! Il paraîtrait pourtant qu’ils parlent le castillan le plus difficile de toute l’Amérique du Sud, donc ce sera une vraie promenade de santé de pratiquer la langue de Cervantés plus au nord.
  • La viande : surtout le bœuf!  L’Argentine mérite amplement sa réputation de pays de la viande! Nous y avons goûté des morceaux vraiment savoureux!
  • Le dulce de leche : ça fait un peu le même effet qu’une promo sur le Nutella en France!
  • Le vin :  Rien à dire, il est vraiment excellent.
  • Les gens :  Nous avons vraiment trouvé les Argentins extraordinaires. Il sont très (trop?) chaleureux! Toujours prêts à te rendre service, ils sont également très ouverts d’esprit et très curieux envers les étrangers. C’est la première fois que nous parlons autant de la Suisse et de comment on y vit et nos interlocuteurs sont vraiment intéressés par nos explications. Si nous devions citer le point fort de ce pays, ce serait sans hésiter l’accueil fabuleux des Argentins!
  • Les paysages andins :  principalement au nord du pays. Après nous être désespérément languis de relief, ce fut un réel plaisir de retrouver des montagnes. Qu’elles soient couvertes de forêt humide ou au contraire arides et façonnées par l’érosion, c’est un réel plaisir pour les yeux.
  • La qualité des transports : surtout les bus longues distances. Ce n’est pas bon marché, mais c’est confortable (nous y avons vraiment passé de bonnes nuits de sommeil!) et fiable. Nous sommes conscients que nous trouverons pas cette qualité de transport dans d’autres pays!

Là, ils ne sont pas comme nous!

  • On ne critique pas le pape! Pour ceux qui, comme nous, ne suivent pas vraiment les actualités du Vatican, sachez que le pape actuel est argentin. Il fait la fierté de son peuple, encore plus que Messi et Maradona réunis! On nous a demandé plusieurs fois ce que nous pensions du pape et nous avons senti que la réponse attendue se devait d’être positive. Du coup, nous nous sommes renseignés sur internet sur ses prises de positions afin d’éviter de paraître trop incultes sur la question!
  • L’apéro favori est le Fernet Branca! Et certaines fois, ils le mélangent avec du Coca! Il faut vraiment le goûter pour se rendre compte du goût infâme du truc.
  • Le jeu d’échecs : Rien d’extraordinaire, ce n’est qu’un jeu d’échecs avec les mêmes règles qu’en Europe sauf que les pions sont remplacés par des figurines qui représentent, d’un côté les conquistadors espagnols, et de l’autre côté les guerriers incas.
  • Leur façon de boire le vin rouge : Rassurez-vous, là nous parlons que de certains argentins! (Ouf!). Nous avons donc trouvé des stocks de bouteilles au frigo! Certains mettent des glaçons dans leur verre! Et encore pire, d’autres le mélange au Coca! Vu la qualité des vins argentins, c’est juste un énorme gâchis!!

Conclusion

L’Argentine est un pays à plusieurs facettes et malheureusement, ce sont les pires que nous apercevons en premier, il faut vraiment passer outre ces problèmes d’argent et de corruption pour en apprécier les points positifs. Combien de fois ne nous sommes-nous pas dit que nous allions prendre le premier transport disponible pour quitter ce pays pourri? Et souvent, juste après, nous tombions dans un coin vraiment sympa ou nous rencontrions des personnes juste extraordinaires qui nous ont montré que, finalement, ce pays n’est pas si pourri que ça.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :